la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 24495
Aujourd'hui : 273
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

ATF : Préparer les challenges de demain

édito de Gilbert Rancoule ancien responsable R & D chez Foseco N ° 1 8 •TECH NEWS J U I L L E T 2 0 2 0 • 3

Les organisations sont vulnérables à la crise et la pandémie ébranle nos économies, les industries considérées comme les plus solides peinent à retrouver la confiance nécessaire a assurer la stabilité de leur marché. Comment se dessinera le demain renaîtra de cette crise ? Chacun s’observe, espérant que le problème se dissipera de lui-même. Nous avons vu apparaître une communication de crise, démontrant que les réseaux sociaux sont devenus des acteurs indispensables d’information, de soutien et d’entraide. Leur vocation : garder le lien, conserver le savoir-faire dans l’attente de la reprise, assurer l’échange avec les clients et les fournisseurs, montrer que la valeur de nos métiers est aussi dans les hommes qui les composent, que les fondamentaux sont là.

Les réseaux sociaux sont devenus importants et les associations informent sur les entreprises, les marchés, les nouveaux enjeux technologiques à venir, les compétences du métier de fondeur, la formation se met en place pour apporter l’expérience et l’expertise technique au travers de nouvelles interfaces digitales.

La communication n’est plus seulement orientée vers la recherche de marchés ou de volume, mais se doit d’être susceptible de répondre rapidement aux exigences d’approvisionnement de clients qui sont eux même confrontées à des problèmes de liquidité à court et moyen terme. A l’heure de la mondialisation si souvent annoncée, le retour brutal vers une relocalisation et un savoir-faire français reviennent à l’ordre du jour, les ruptures technologiques tant décriées viennent bousculer une industrie qui ne cesse de revoir sa copie pour s’adapter aux critères environnementaux et sociaux qui sont à la base d’une concurrence sévère au sein même de l’Europe.

En ces temps difficiles, le repli de l’activité nécessite une industrie capable de flexibilité ou les enjeux économiques et sociaux sont fortement liés. Les hommes et femmes qui façonnent chaque jour ces pièces coulées ou forgées qui sont le cœur de nos métiers ne transigent pas avec les paroles de nos gouvernants, avec les besoins de nos clients.

L’amour du travail bien fait, la passion de l’excellence l’emporte toujours. La relance de notre métier n’est pas nouvelle, elle fait partie de nos gènes. Faire ce que nos pères ont fait, mais savoir innover et créer sont la base de notre fonderie, sans cesse se réinventer est une tradition.

Communiquer, échanger, reconnaître les acteurs et les aider dans leur démarche de reconstruction d’une activité qui se réinvente n’est pas une idée nouvelle, c’est notre métier qui porte déjà les stigmates des révolutions du passé. Les challenges de demain seront notre quotidien. L’ATF est là, pour vous aider à communiquer sans oublier que demain se construira aussi sur les bases de notre histoire, que la technologie et l’humain sont intimement liés.

Se préparer à reconstruire notre activité, c’est reconnaître que l’important est la passion de la fonderie.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet