la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 24431
Aujourd'hui : 209
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Châtellerault : la Fonderie fonte débute le processus de reconversion

La Nouvelle République -

Deux CSE se sont tenus hier aux Fonderies du Poitou. Pour la Fonderie fonte, la recherche d’une diversification débute. La levée du blocus des stocks a été décidée… sous condition.

La Fonderie fonte (Ingrandes) a entamé hier un processus qui doit déterminer si elle est en capacité de se reconvertir. La journée a été marquée sur le site par la tenue de deux CSE l’un pour l’Alu en matinée et l’autre pour la Fonte dans l’après-midi.

« On débute un cycle de six semaines avec une expertise interne qui doit nous dire si on peut diversifier le site, le pérenniser et sauvegarder trois cents emplois », résumait lors d’une interruption de séance Thierry Waye, délégué CGT de la fonderie fonte. Un cabinet d’expert, présenté hier, a été nommé par Alvance (groupe Liberty).

De nouvelles commandes à la Fonderie alu

« Ici, on n’est pas fainéant. Dès lors qu’on aura choisi une filière, on s’y collera. S’il le faut, on peut même faire des bonbons au chocolat », clame Thierry Waye. Un groupe de travail va être constitué pour plancher sur cette fameuse diversification, appelée de ses vœux depuis des années et jamais aboutie.

Pour le reste, les salariés de la Fonte réclament toujours des garanties immédiates sur le paiement des salaires et sur la production. C’est le sens du message adressé à la direction pour la levée du blocage de 5.000 carters, en rade dans l’usine. « Sur les salaires, nous n’avons qu’une garantie verbale. Pour la production, nous réclamons d’Alvance le paiement de l’outillage (350.000 €) qui nous permette de produire le moteur K9 », expliquait hier soir la CGT qui attendait un engagement écrit.

À l’Alu, la confirmation a été donnée, lors du CSE du matin, du versement effectif, sur le site, des 3 M€ promis pour investir. « Cette enveloppe va permettre de commencer à financer la nouvelle culasse HR10 le nouveau moteur Renault, NDLR avec étude et mise en service en janvier 2021 », indiquait hier matin Jean-Philippe Juin, délégué CGT de la fonderie Alu.

De même source, Arnaud Tronche, nouvel envoyé de Liberty, aurait insisté sur la nécessité d’une diversification rapide de l’usine. « Il ne faut pas se limiter à un seul client et à une seule filière, explique Jean-Philippe Juin. Des discussions sont engagées avec Liberty pour proposer un projet ambitieux. »

Côté commandes, des volumes plus importants seraient amenés par Renault. « On tourne à 30.000 moteurs par mois jusqu’en août. On repartirait à 50.000/55.000 en septembre, ce qui garantirait notre indépendance. Mais on sait que Renault, c’est fluctuant », commente le délégué syndical. En attendant, selon la CGT, la garantie que « Liberty paient les salaires et les frais fixes » serait acquise pour l’Alu.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet