la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 21146
Aujourd'hui : 169
En ligne : 11

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'automobile allemande se mobilise pour le match de l'hydrogène

Les echos - Le gouvernement allemand va mobiliser 3,6 milliards pour financer des véhicules fonctionnant à l'hydrogène. Une bonne nouvelle pour H2 Mobility : l'entreprise créée il y a cinq ans par Air Liquide, Daimler, Shell, Total, Linde et OMV déploie l'infrastructure nécessaire à ces véhicules et veut passer le cap des 100 stations-service d'ici un an. Chaque station de rechargement en hydrogène représente un investissement de 1,5 million d'euros environ, financé à plus de 60 % par l'Etat.

La volonté du gouvernement allemand de financer à hauteur de 3,6 milliards d'euros le développement de véhicules fonctionnant à l'hydrogène est une bonne nouvelle

pour H2 Mobility. Cette entreprise a été créée il y a cinq ans par Air Liquide, Daimler, Shell, Total, Linde et OMV pour accélérer le déploiement de l'infrastructure nécessaire à ces voitures. Avec 84 sites, elle dispose désormais outre-Rhin du premier réseau en Europe de stations-service pour moteurs à pile à combustible .

L'hydrogène, avenir de la voiture électrique ?

En février, H2 inaugurait en présence du maire de la ville et de ses partenaires la station de Heidelberg. Les constructeurs Hyundai, Daimler et Toyota avaient mis à disposition du public seize modèles équipés de piles à combustible. Moteur aussi silencieux que celui d'une voiture électrique, souplesse de conduite comparable, ces véhicules toutefois ont un avantage supplémentaire : ils peuvent être rechargés en une poignée de minutes et disposent d'une autonomie de plus de 500 kilomètres.

Une infrastructure en mal d'utilisateurs

H2 Mobility espère passer le cap des 100 stations d'ici le premier trimestre 2021, ce qui représentera une capacité d'approvisionnement de 40.000 véhicules. Il manquait jusqu'à présent cependant encore une pièce majeure dans le dispositif : les voitures ! Les constructeurs allemands ayant privilégié le développement de la voiture électrique et les Asiatiques servant en priorité leur marché domestique, l'Allemagne n'en compte guère plus de 700 en circulation au premier trimestre et une grosse vingtaine de bus. Un volume qui rend le dispositif trop coûteux.

Automobile : la lente conversion des constructeurs à l'hydrogène

Chaque station de rechargement en hydrogène représente un investissement de 1,5 million d'euros environ, financé à plus de 60 % par l'Etat. Celui-ci couvre aussi 40 % du surcoût par rapport à un véhicule classique mais il reste à la charge du particulier près de 50.000 euros pour la Nexo de Hyundai par exemple. A 9,5 euros du kilo d'hydrogène fixé par l'écosystème, le prix d'un plein équivaut à celui d'une voiture diesel en Allemagne mais le rendement énergétique de la pile à combustible est encore 20 à 30 points inférieurs à celui d'une batterie électrique.

Une énergie qui doit encore verdir

Les contraintes liées à la taille de cette dernière et à son autonomie en limitent cependant la portée au-delà des voitures particulières. Le maire de Heidelberg, Eckert Würzner, promet ainsi la mise en circulation cette année du premier camion à ordures ménagères doté d'une pile à combustible. H2 prévoit de son côté d'adapter son offre au fil du développement de ces véhicules lourds.

Les camions roulant à l'hydrogène de Nikola Motors enflamment Wall Street

Aux yeux de la coentreprise, le défi climatique et la nécessité de réduire rapidement de façon drastique les émissions de CO2 vont accélérer le mouvement. « Le tout électrique ne suffira pas à réduire suffisamment les émissions de CO2, il n'y aura pas de transition énergétique sans hydrogène », assure Sybille Riepel, porte-parole de H2 Mobility.

Encore faut-il que celui-ci soit véritablement vert. 20 % seulement de l'hydrogène est actuellement produit à partir d'énergies renouvelables tandis que 50 % proviennent du gaz naturel et 30 % de la production industrielle. En décidant de renoncer aux taxes qui font du prix de l'électricité, utilisée pour produire ce carburant vert à partir de l'éolien et du solaire, l'un des plus élevés d'Europe, le gouvernement allemand semble décidé à changer la donne.

Commentaires

1. Le vendredi, 12 juin 2020, 12:56 par Le Bébert de la Fonderie

Enfin depuis le temps qu'on en parle plus que timidement car même si l'hydrogène liquide nécessite beaucoup d'énergie pour être produite le problème des terres rares et de recyclage pour les batteries est éliminé.
Super et merci d'accélérer le processus pour obtenir des prix de commercialisation des véhicules abordables.

2. Le samedi, 13 juin 2020, 16:28 par Michel CHAPUT

Entièrement d'accord ! Nous "cavalons" après l'hybride et l'électrique alors que Toyota et les allemands courent déjà et pour les premiers depuis longtemps après l'hydrogène.


C'est peut être cela l'avenir tant attendu pour l'environnement et non l'électrique avec un problème de recyclage des batteries et de production de l'électricité.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet