la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16



Visiteurs : 23588
Aujourd'hui : 556
En ligne : 8

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fonderie de Bretagne. Laurent Galmard, le PDG sur le départ

Laurent Galmard quitte la direction de la Fonderie de Bretagne.

Il est remplacé par le directeur de production, Jean-Luc Bois.

Ce changement de direction intervient dans le contexte de la crise que traversent le secteur automobile et le groupe Renault.

Commentaires

1. Le vendredi, 12 juin 2020, 16:32 par le télégramme

Un changement de directeur qui interroge à la Fonderie de Bretagne

Laurent Galmard, qui était en première ligne ces dernières semaines, suite au projet de fermeture de l’usine caudanaise du groupe Renault, n’est plus le directeur du site.
Laurent Galmard, qui était en première ligne ces dernières semaines, suite au projet de fermeture de l’usine caudanaise du groupe Renault, n’est plus le directeur du site. (Photo archives François Destoc/Le Télégramme)

La Fonderie de Bretagne change de directeur général. Laurent Galmard qui occupait le poste depuis 2014, est remplacé par Jean-Luc Bois, son adjoint et directeur de production. Le changement de gouvernance intervient à quelques jours d’un rendez-vous capital pour l’avenir du site, le mardi 16 juin. Pourquoi ?

En quelques jours, Laurent Galmard aura tout vécu. Un projet de fermeture, démenti par le maintien du site le 29 mai avant d’entendre, 48 heures plus tard, une possible cession de l’outil par Jean-Dominique Senard, le patron du Groupe Renault. Le coup de trop ?

Le directeur général, en poste depuis 2014, ne sera pas de la restructuration qui doit décider de l’avenir de l’ex-SBFM (385 emplois). Ce mercredi 10 juin, son départ a été acté.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet