Pour réfléchir avec l'ATF et les forces vives de nos métiers, à l"avenir de la formation continue en fonderie -

un plan Marshall des compétences en Europe. L’investissement dans la formation doit être au cœur des politiques européennes de relance estime Natanael Wright. Au sein des pays de la zone euro, la crise économique se paiera au prix fort sur le front de l’emploi, avec la destruction de millions d’emplois et un taux de chômage qui franchira la barre des 10 % à la fin de l’année,

Puisque "nous sommes en guerre", le FSE Fonds social européen doit devenir une arme pour gagner la bataille des compétences. Pour cela, il faudra lui allouer des moyens décuplés pour accompagner les nombreux plans sociaux et les reconversions professionnelles subies sous l’effet de cette crise.

Comme l’a démontré à merveille le programme Erasmus, la formation peut avoir des vertus unificatrices. Dans cette période de reconstitution de nos forces vives, la création d’un Compte personnel de formation européen armerait nos concitoyens face à la transformation des métiers et des compétences. Organisons la montée en compétences dans les filières que nous devons (ré)investir (santé, développement durable, numérique…) et favoriser la mobilité des talents sur l’ensemble du continent.

Néanmoins, alors que nous entrons dans l’âge d’or de la formation à distance, consacré par les 55 jours de confinement, cet élan devra aller de pair avec une vigilance accrue et sans doute des garde-fous introduits dans la commande publique pour protéger la souveraineté de nos ressources pédagogiques face à la tentation grandissante de délocaliser les enseignements à l’autre bout de la planète.