Ouest-France -

Le Canard enchaîné, à paraître ce mercredi 20 mai 2020, publie un article qui dit que Renault envisagerait de fermer quatre sites en France, dont celui de la Fonderie de Bretagne, à Caudan, . « C’est incompréhensible, dit Maël Le Goff, secrétaire de la CGT Fonderie, nous venons de remettre une ligne neuve en route. Renault nous a toujours assuré de l’avenir de ce site. »

Un incendie l’an dernier La Fonderie de Bretagne, ex-SBFM, 380 salariés, héritière des Forges d’Hennebont, est une institution dans le paysage économique et industriel du pays de Lorient. Elle fait aujourd’hui partie du groupe Renault et fabrique des pièces automobiles aussi pour BMW, Nissan, Mercedes.

30 000 tonnes par an

Elle a aussi connu bien des aléas. Le dernier date de l’an dernier. Un incendie a ravagé la ligne de production. Durant tout ce temps, les salariés ont connu une longue période de chômage partiel ou de formation. La production de la Fonderie de Caudan (près de 30 000 tonnes par an) a été externalisée vers d’autres fonderies en Europe (Espagne, Turquie, Bretagne). Elle commence tout juste à reprendre sa production.

La crise sanitaire est passée par là. « Nous n’arrivons pas à avoir plus d’informations, se navre Maël Le Goff. Nous sommes suspendus aux annonces de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et du groupe Renault, le 25 mai. »