Ouest-France - Le 15 mai 2019, la Fonderie de Bretagne a été victime d’un incendie, détruisant la ligne de production. Le Covid contraint à une reprise partielle ce lundi 11 mai 2020. Les salariés sont inquiets. La Fonderie a été victime d’un incendie en mai 2019 et devait reprendre son activité au printemps, sans le Covid.

La prise de parole de la direction de Renault cette semaine est très attendue. La Fonderie de Bretagne, basée à Caudan, près de Lorient (Morbihan), fait partie du groupe Renault et fabrique des pièces automobiles aussi pour BMW, Nissan, Mercedes. Elle compte 380 salariés.

Après l’incendie, le Covid

L’incendie qui a détruit la ligne de production en mai 2019 a porté un coup dur à cette entreprise industrielle historique dans le pays de Lorient. Un grand nombre de salariés a été placé en chômage partiel, pour une très longue période. Le temps de reconstruire la ligne et avec l’inquiétude de la délocalisation de la production.

La reprise devait s’effectuer en mars 2020 après des tests en février. « L’année 2019 va être mauvaise, et 2020 restera difficile », disait Laurent Galmard, le PDG en septembre 2019. C’était avant la crise sanitaire du Covid-19 et ses conséquences. Un nouveau coup dur.

Activité partielle

« Nous avons cinq réunions de commissions pour la reprise, détaille Maël Le Goff, secrétaire de la CGT Fonderie. Tout est en place concernant les mesures de protection. La production doit repartir lundi 11 mai 2020, mais nous sommes sur une production divisée par 2 pour le moment, la masse salariale aussi. »

Les annonces de Renault

La Fonderie travaille sur des boîtiers pour BMW, « mais le secteur automobile est au fond du trou. Nous attendons avec inquiétudes les annonces du groupe Renault cette semaine. Nous avons fait le tour de l’usine en fin de semaine dernière avec le directeur de production. Il est très à l’écoute ».