la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 17233
Aujourd'hui : 173
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'Etat Père-Noël

Avec Spinoza : faisons provision de joie en ces temps incertains.

Les Echos David Barroux - Le 1 - Pour sauver l'industrie culturelle (2.3 % du PIB 44 milliards en 2016 -600 000 emplois précarisés, pas loin des 55 miliards et du million d'emploi de l'hôtellerie retauration) l'Etat vole au secours des intermittents du spectacle. Ce coûteux geste peut se comprendre mais il ne faudrait pas entretenir le mythe d'un Etat pouvant sauver tout le monde.

La France vit dans un rêve alors que nous sommes en plein cauchemar. Un cauchemar sanitaire mais aussi économique. Généreux avec de l'argent qu'il n'a pas et qu'il ne peut qu'emprunter,

Emmanuel Macron promettait mi-mars qu'« aucune entreprise ne sera livrée au risque de la faillite ». Et mercredi, le président a lancé une bouée de sauvetage à plus d'un milliard à une industrie culturelle qui se noie en garantissant, entre autres mesures, que les revenus des intermittents du spectacle seraient garantis jusqu'à la fin de l'été 2021

Au pays de l'exception culturelle, nos artistes, nos festivals ou nos salles de spectacles, qui ne sont pas responsables de cette crise, méritent d'être sauvés. Mais demain, au pays de la gastronomie et de la bistronomie , ne faudra-t-il pas aussi secourir quoi qu'il en coûte tous nos restaurants étoilés comme nos cafés qui font le charme de la France ? Et notre pays, champion du tourisme, ne devra-t-il pas faire un effort pour défendre ce secteur stratégique… L'agriculture, l'automobile, l'aéronautique demanderont eux aussi leur plan Marshall ! Et tous auront individuellement raison de faire valoir que la crise actuelle est terrible et qu'elle risque de provoquer des dommages considérables.

Les Français que les sondages disent souvent très pessimistes, ne font-ils pas au contraire aujourd'hui preuve d'excès de confiance ? Croire que la puissance publique pourra sauver tous les secteurs de notre économie serait faire preuve d'une grande naïveté. L'Etat et notre système très redistributif peuvent limiter la casse et nous permettre d'encaisser temporairement le choc mais nous avons passé l'âge de croire à un Etat Père-Noël. La réalité économique va nous rattraper et ne nous fera pas de cadeau.

Sortir du déni Les Français doivent sortir du déni. A l'heure ou dans bien des pays les entreprises lancent de vastes plans sociaux, il faut admettre que tout comme le Coronavirus ne s'est pas arrêté à nos frontières, nous allons collectivement payer le prix de la récession qui est déjà là. Quand Airbnb annonce qu'il va licencier un quart de ses salariés , la foudre n'épargnera pas la France, l'un de ses principaux marchés. Quand British Airways, SAS ou Lufthansa se séparent de milliers de pilotes et d'hôtesses, ceux d'Air France doivent sortir de l'illusion que les milliards de l'Etat ne les sauveront pas tous .

Plutôt que d'entretenir de faux espoirs, la puissance publique doit tenir un discours de vérité. Elle va devoir fixer des priorités et faire comprendre à ceux qu'elle aide plus que d'autres que les plans de sauvetage doivent aussi s'accompagner de remises en cause. Il faudra assumer de nouveaux départs, pas de simple retour à la case départ.

David Barroux

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet