Deux arbres sont restés au bord du sentier. Oubliés du bûcheron, ils s'entretiennent, fraternellement serrés, comme deux aveugles. Le soleil couchant verse son sang vif dans les troncs éclatés, les vents emportent le parfum de leur flanc ouvert.