la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 17214
Aujourd'hui : 154
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les petits métiers sont à la mode avec le covid 19.

LE POINÇONNEUR DES LILAS. LE PREMIER TUBE DE GAINSBOURG; À travers sa célèbre chanson « Le Poinçonneur des Lilas », Serge Gainsbourg rend hommage à ce petit métier du métro disparu au milieu des années 70. “Je fais des trous, des petits trous, toujours des petits trous.” La rengaine de Serge Gainsbourg avec son poinçonneur des Lilas est restée dans toutes les têtes, du moins de ceux de la génération Gainsbarre. Sorti en 1958, c’est l’un des premiers succès du chanteur qui peinait jusqu’alors à se faire un nom. Son idée de génie, très moderne pour l’époque, est de raconter le spleen du petit employé du métro, « le gars qu’on croise et qu’on ne regarde pas ». Personne ne s’était encore vraiment demandé ce qui se passait dans la tête du poinçonneur sur son quai, occupé à regarder le va-et-vient des rames de métro. avec le covid 19 À travers sa célèbre chanson « Le Poinçonneur des Lilas », Serge Gainsbourg rend hommage à ce petit métier du métro disparu au milieu des années 70.

“Je fais des trous, des petits trous, toujours des petits trous.”

La rengaine de Serge Gainsbourg avec son poinçonneur des Lilas est restée dans toutes les têtes, du moins de ceux de la génération Gainsbarre. Sorti en 1958, c’est l’un des premiers succès du chanteur qui peinait jusqu’alors à se faire un nom. Son idée de génie, très moderne pour l’époque, est de raconter le spleen du petit employé du métro, « le gars qu’on croise et qu’on ne regarde pas ». Personne ne s’était encore vraiment demandé ce qui se passait dans la tête du poinçonneur sur son quai, occupé à regarder le va-et-vient des rames de métro.

On lui tend un billet et il y fait un trou avec son étrange perforatrice si caractéristique. Dans sa petite cabine, il est le plus souvent assis et personne ne prend plus la peine de lui dire bonjour ou merci. À l’occasion, on se souvient qu’il peut aider à trouver son chemin dans le labyrinthe du réseau et on lui demande un itinéraire. Tout est gravé à jamais dans son crâne et il ne lui faut que quelques instants pour trouver le chemin le plus court. « Pour Invalides, changez à Opéra ». « Arts-et-Métiers direct par Levallois », chante encore Gainsbourg. La chanson est publiée sur un disque 25 cm « Du chant à la Une » très jazz comme il l’aime.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet