la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 18508
Aujourd'hui : 554
En ligne : 8

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Impression 3D : Zoom sur le métier de responsable technique

Si l’impression 3D n’a pas pour vocation à remplacer les processus de fabrication traditionnels mais plutôt de les compléter, son impact sur la façon de travailler dans certains métiers a créé des besoins en nouvelles compétences. De la phase de conception jusqu’au post-traitement le marché de l’impression 3D offre de belles perspectives de recrutement dans de nombreux secteurs. Parce que l’intérêt autour des métiers d’impression 3D ne cesse de prendre de l’ampleur, Primante 3D a interrogé l’un de ses représentants. Responsable technique pour Machines-3D, Victor Paternoga a accepté de nous parler de son travail au quotidien et de ses différents aspects.

« Il faut être amoureux des machines, de la technologie et toujours avoir envie d’exploiter le matériel à son maximum » Victor Paternoga Victor bonjour, pourrais-tu te présenter et nous parler de ton parcours avant Machines 3D ? Quelle était alors ton expérience avec l’impression 3D ?

J’ai 25 ans j’habite à la Madeleine à côté de Lille et je gère depuis mi-2019 le service technique chez Machines-3D. J’ai obtenu un BAC STI2D option mécanique aéronautique puis un DUT Génie électrique et informatique industriel. J’avais donc de bonnes connaissances en modélisation 3D et j’ai décidé d’acheter une imprimante 3D.

Je suis arrivé chez Machines-3D en 2016 pour y effectuer mon stage de fin d’étude à la suite duquel j’ai eu une proposition pour un CDI 35h en tant que technicien supérieur. J’ai d’abord travaillé en binôme avec un autre technicien ayant plus d’expérience. Les missions et les sujets à soulever étant de plus en plus variés j’ai rapidement pris beaucoup d’autonomie pour faire évoluer mon poste et mon service.

« Je reste en contact avec les clients pour du dépannage à distance ou des formations » En quoi consiste ton métier ?

Aujourd’hui je suis la personne avec le plus d’ancienneté sur la partie technique. Les nouveaux arrivants se tournent donc vers moi pour la définition de leurs missions et leurs formations sur les machines / logiciels. Je reste en contact avec les clients pour du dépannage à distance ou des formations.

Je m’occupe de la réparation des machines plus techniques (poudres/dépôt de fil haute température/résine grand volume). J’organise aussi le fonctionnement de la cellule technique, gestion de pièces détachées, gestion du flux de machine en réparations, mise en place d’une CRM, vérification des informations techniques publiées..etc.. A quoi peut-ressembler une « journée type » ?

Il y a tout d’abord une vérification des impressions en cours sur le showroom ou à l’atelier. Ensuite un petit point avec l’équipe technique, « qui a quel problème comment peut-on le régler ? » Puis l’organisation des dépannages de la journée, quelle machine doit arriver/repartir quels client est à contacter. Ensuite passage oblige sur la boite mail et toute l’équipe technique reste disponible dans la journée par téléphone pour des dépannages plus rapides.

« Il est aussi important de proposer des missions variées pour ne pas entrer dans une routine et ne réparer toujours le même modèle de machine » Quel est ton niveau de responsabilité et de délégation ?

Aujourd’hui nous sommes 5 au service technique Naqib, Samuel, Corentin, Mattis et moi. Je ne suis pas leur supérieur, mais je dois m’assurer du bon déroulement du pôle technique afin d’assurer le meilleur service pour les clients. J’essaye donc de former mes collègues sur les machines pour que le service puisse tourner correctement.

Il est aussi important de proposer des missions variées pour ne pas entrer dans une routine et ne réparer toujours le même modèle de machine. Je me vois plus comme un chef d’orchestre à vrai dire. Sur tes conditions de travail, que peux-tu nous dire sur tes horaires et amplitudes ?

Il n’y a pas d’horaires fixes le but et de finir le travail et de satisfaire les clients. Sur une semaine de salon il peut arriver de faire des grosses journées, mais cet investissement se rattrape sur une flexibilité de l’emploi du temps tout au long de l’année. Globalement il faut respecter les horaires de la hotline 9h00-12h00 14h00-18h00.

Que peux-tu nous dire sur ton degré d’autonomie et tes possibilités d’évolution ?

Antoine est le gérant de la société et il est mon responsable direct mais l’indicateur que nous regardons et surtout la satisfaction client. En 4 ans j’ai déjà beaucoup évolué, j’ai aujourd’hui la chance de pouvoir transmettre à une nouvelle génération et donc de faire varier les missions.

« Les meilleurs moments sont ceux passés en salon ou sur des événements, il y a un public averti intéressé et connaisseur » Que préfères-tu dans ton travail et en revanche apprécies le moins ?

Les meilleurs moments sont ceux passés en salon ou sur des événements, il y a un public averti intéressé et connaisseur. Il s’agit cependant de longues journées loin de la maison et souvent sur 5 ou 6 jours.

Pour finir, selon toi quelles sont les qualités requises pour réussir dans ce métier ?

Il faut être amoureux des machines, de la technologie et toujours avoir envie d’exploiter le matériel à son maximum pour avoir la meilleure expérience possible. Il faut aussi de la confiance en soi et avoir toujours envie de s’investir pour faire avancer la société.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet