la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 19640
Aujourd'hui : 1161
En ligne : 11

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grandeur du laiton : armer les plus beaux bateaux du monde

La Provence

Aubagne : Dalmas production, deux siècles à armer les plus beaux bateaux du monde La PME aubagnaise Dalmas production, spécialiste des fenêtres marines, possède une histoire hors du commun

La société emploie 14 salariés, ouvriers spécialisés pour la plupart, fiers de l'histoire étonnante de leur entreprise. Serge Ramassotto (debout, à gauche de la plaque), en a repris la gérance en 2018. La société emploie 14 salariés, ouvriers spécialisés pour la plupart, fiers de l'histoire étonnante de leur entreprise. Serge Ramassotto (debout, à gauche de la plaque), en a repris la gérance en 2018. PHOTO MARGUERITE DEGEZ Dalmas production cumule les superlatifs. La PME d'Aubagne, spécialiste des hublots et fenêtres marines sur-mesure est l'une des plus anciennes entreprises de la région, l'une de celles, certainement, qui a décroché les plus prestigieux marchés, et l'une des plus discrètes aussi. Dans ses carnets de commandes, au fil des décennies, ont défilé les trois porte-avions français (Foch, Clémenceau, Charles de Gaulle), mais aussi le légendaire paquebot Queen Mary II (ci-dessous), le yacht d'Aristote Onassis, Christina O, ou encore l'emblématique Ponant de l'armateur marseillais éponyme.

"L'entreprise a été fondée par la famille Dalmas en 1830. Au tout début, c'était une fonderie de laiton, un matériau idéal pour le milieu marin qui a fait le lien", raconte Serge Ramassotto, gérant de l'entreprise pour le compte du Hollandais Het Anker, qui a racheté Dalmas en 1986. Au fil du temps, la société née à Marseille mais installée à Aubagne depuis 1962 s'est fait connaître dans le monde entier pour son savoir-faire.

"Notre plus gros client, c'est le monde miliaire international, qui représente environ 80 % de notre activité, évalue Serge Ramassotto. Pour ce secteur, nous produisons des fenêtres chauffantes avec protection balistique, électromagnétique, antifeu... Nous avons réalisé un gros travail de développement avec Saint-Gobain, qui fournit les verres de chaque fenêtre réalisée sur mesure dans notre atelier. Il en sort environ 200 par an, des pièces qui peuvent aller jusqu'à 2,5 m par 2 m et peser 300 ou 400 kg !" Et de se remémorer avec un sourire : "Pour le Queen Mary 2, nous avions réalisé 660 fenêtres !"

L'autre gros client de Dalmas (environ 15 % de l'activité), c'est le monde du yachting de luxe. "Yachting et militaire, ce n'est pas la même clientèle et pas du tout les mêmes besoins. La force de nos équipes est de pouvoir s'adapter aux deux", s'enorgueillit Serge Ramassotto, qui travaille avec les gros chantiers de refit de la région : MB92, Palumbo...

Sur ce marché de niche, de plus en plus concurrentiel, la société mise sur la qualité de son service, et une réputation soignée pendant près de deux siècles. Et réfléchit à de nouveaux axes de développement. Après avoir ouvert une succursale à Milan pour se rapprocher du chantier naval Fincantieri et installé un agent à Vigo (Espagne), Dalmas commence à se diversifier (voir ci-dessous). Un nouvel horizon qui se dessine dans le hublot.

À la recherche de nouveaux marchés L'histoire, aussi riche soit-elle, ne garantit pas la croissance. Aujourd'hui, Dalmas production est à la recherche d'un second souffle, et de nouveaux marchés. "Jusqu'en 2003, on travaillait beaucoup pour les paquebots des Chantiers de l'Atlantique, puis ils ont pris des Polonais qui étaient moins chers. On était 45 à ce moment-là, on a été obligés de réduire la voilure et de se recentrer sur des marchés de niche", reconnaît le gérant avec franchise. Il nuance avec un sourire : "L'activité est stabilisée aujourd'hui, mais c'est comme la mer, il y a des vagues !"

D'où une stratégie de diversification. Premier axe de développement : miser sur les "petits" chantiers navals pour grossir le fichier clients et le carnet de commandes. Quant au second, il est plus inattendu : il s'agit des hublots de piscine qui emploient des savoir-faire proches et représentent environ 5 % de l'activité. "C'est un produit facile à gérer pour nous, remarque Serge Ramassotto, qui espère augmenter son poids dans les années à venir. Nous travaillons avec un fabricant de spots pour commercialiser une solution intégrée."

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet