La Charente Libre - Canon de l'Hermione -

« Ça me trottait dans la tête depuis 2 ou 3 ans, à travers toutes les recherches techniques pour l’histoire de la fonderie dans mes écrits, il manquait l’humain », confesse Serge Baron retraité de la fonderie de Ruelle (aujourd’hui Naval groupe) dans laquelle il occupait un poste de technicien programmeur sur machines-outils. (à suivre)

merci à un lecteur de la Charente Libre de nous scanner l'article en entier.