La CGT alertait à l’époque « sur la volonté des dirigeants de fermer définitivement l’usine de Delle ». Depuis, de départs en rupture conventionnelle en départs en retraite non remplacés, l’entreprise ne comptait plus que 18 salariés sur le site dellois. En avril, le syndicat annonçait « s’opposer à ce plan de liquidation qui nous jette tous à la rue ».

En congés le 15 juillet Malgré un reclassement dans le Jura proposé à l’ensemble des salariés, avec un accompagnement financier, un seul salarié a accepté l’offre. Un second salarié restera sur le site, « probablement jusqu’à la fin de l’année, pour maintenir la logistique », précise Laurent Monnier, le directeur général. Quant aux 16 autres salariés, ils ont fait l’objet d’un licenciement économique.

« Le plus gros du personnel avait déjà quitté l’usine avant le 31 juillet », souligne encore M. Monnier. Une dizaine est partie en congés le 15 juillet.