la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 8517
Aujourd'hui : 579
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L’ancien premier ministre du Japon témoigne :

Le Monde diplomatique - « Le jour où le Japon a failli disparaître » À un an des Jeux olympiques de Tokyo, le Japon veut montrer au monde que la région de Fukushima, dévastée par le raz de marée et la catastrophe atomique du 11 mars 2011, retrouve une vie normale. C’est loin d’être le cas. Le premier ministre de l’époque témoigne des difficultés à gérer ce désastre. Depuis, il milite pour l’arrêt du nucléaire civil.

ANONYME. – « The Third Bomb Will Never Die », graffiti de 281_Anti-Nuke sur un mur à Shibuya (Tokyo), 2012 Huit ans après, la semaine dramatique qui a suivi le grand séisme dans l’est du Japon, le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima en mars 2011 reste gravée dans mon esprit. Je dormais à Kantei la résidence du premier ministre. Pendant les moments où je me retrouvais seul, toujours vêtu de l’uniforme de pompier de rigueur dans ce genre de situation extrême, je somnolais sur le sofa du salon. En réalité, je ne faisais que m’allonger pour reposer mon corps tout en réfléchissant sans relâche aux mesures à prendre.

Comme je n’ai jamais eu d’activité professionnelle en relation avec le nucléaire, mon savoir se limitait aux notions de base acquises durant mes études universitaires de physique appliquée. Je connaissais par la lecture de rapports sur le désastre de Tchernobyl les dégâts que pouvait entraîner un accident nucléaire, mais je n’avais jamais imaginé qu’un événement d’une ampleur plus grande encore pourrait se produire au Japon.

La centrale numéro 1 de Fukushima (Daiichi), où s’est produit l’accident, compte six réacteurs nucléaires et sept piscines de refroidissement du combustible usagé. La centrale numéro 2 (Daini), située à douze kilomètres, comprend quatre réacteurs et quatre piscines. La puissance totale de ces deux centrales était de près de neuf gigawatts, soit plus du double de celle de Tchernobyl.

Le 11 mars 2011, à 14 h 46, lorsqu’un tremblement de terre de magnitude 9 se produit dans l’est du Japon, je me rends immédiatement dans le centre de gestion de crise, situé au sous-sol de ma résidence officielle. Le premier rapport révèle que toutes les centrales atomiques situées dans les régions touchées sont arrêtées, conformément au dispositif d’urgence. Je suis rassuré. Mais on apprend peu après qu’un tsunami a non seulement submergé et dévasté la centrale Daiichi, mais aussi noyé les groupes électrogènes de secours à moteur diesel : il ne reste pratiquement aucune source d’alimentation électrique pour les réacteurs 1 à 4. Dans une centrale, même après l’arrêt de la fission (...)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet