la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 74518
Aujourd'hui : 1001
En ligne : 1

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

PLONGÉE AU CŒUR DE LA FONDERIE NIDEC-LEROY-SOMER [DIAPORAMA]

Charente libre

Crée dans les années trente par Marcelin Leroy, devenue usine en 1967, la fonderie de Rabion est un outil moderne. Le groupe japonais Nidec lui a redonné des ailes avec une production de 20 tonnes par jour l’automne dernier à 40 tonnes actuellement avec un objectif à moyen terme de monter à 60 tonnes.. Des embauches sont même prévues. Visite en images. Le métal en fusion est versé dans les moules en sable compressé à une température de 1400°C. Les moules en sable compressé sont ajustés au millimètre. C’est une opération essentielle et « critique ».

Une fois fondues, les pièces refroidissent quelques heures dans ces grands paniers.

Le ballet des Fenwick, éclairés de deux lignes rouges de chaque côté, est très réglementé. Les chariots sont d’ailleurs prioritaires sur les piétons au sein de l’usine. Des ouvriers ou des robots interviennent parfois sur les pièces terminées pour gommer certaines imperfections. Pour les opérations les plus délicates, un gros robot commandé par un ordinateur et un technicien peut venir effectuer des ponçages à un niveau de précision en deçà du millimètre.

Renaud Joubert

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet