la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 43862
Aujourd'hui : 555
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La chaleur fatale de la fonderie PSA de Charleville (08) valorisée

L'Usune Nouvelle -

Récupérer la chaleur fatale d’une fonderie pour alimenter le réseau de chaleur de la ville voisine, l’idée n’est pas nouvelle. Volkswagen le fait depuis 2016 dans la ville de Poznan (Pologne), avec Veolia. PSA suit l’exemple dans sa fonderie de Villers-Semeuse (Ardennes) via un contrat de performance énergétique signé le 28 mars 2017 avec Dalkia. La filiale d’EDF s’est engagée sur dix ans à récupérer et valoriser la chaleur de la fonderie de PSA, soit 28 gigawattheures par an, qui seront injectés dans le réseau de Charleville-Mézières, situé à côté. " C’était une belle opportunité. On améliore ainsi notre compétitivité en apportant un complément de revenus à l’entreprise. Par les temps qui courent, c’est bien aussi de réconcilier l’économie et l’écologie ", estime Stéphane Gelas, le directeur du site PSA, où travaillent 1 793 personnes, qui a donc vu installer entre août et octobre 2018 dans son usine d’énormes absorbeurs métalliques sur les toits servant à capter la chaleur qui s’échappe des neuf fours, et une chaufferie biomasse de 800 kilowatts.

C’est Dalkia qui a investi les 10 millions d’euros, dont environ 2 millions pour la partie récupération de chaleur chez PSA, le reste allant à la chaudière et à l’extension du réseau dans les quartiers Citadelle, Saint-Julien et Manchester. Il sera alimenté à 60 % par des énergies renouvelables ou de récupération et fournira 3 290 logements.

Le projet, qui crée 20 emplois de techniciens et évitera l’émission de 7 000 tonnes annuelles de CO2, est financé à hauteur de 4,2 millions d’euros par le fonds chaleur géré par l’Ademe. " Le prix du kilowattheure réglé par le client final est de 15 % inférieur à ce qu’il était auparavant. Les abonnés de ce périmètre bénéficieront par ailleurs d’une TVA réduite à 5,5 % sur leurs factures énergétiques ", souligne Sylvie Jéhanno, la PDG de Dalkia.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet