la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 30004
Aujourd'hui : 487
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A quoi ça sert l'Europe ? A sauver l'industrie du vélo

La Story, le podcast quotidien d'actualité des « Echos » raconte comment l'Europe a su se mobiliser pour empêcher la disparition d'une industrie : celle de la petite reine, la bicyclette. On a tous un souvenir de vélo. Plus ou moins ancien, plus ou moins douloureux… C'est sans doute le loisir et l'un des sports les plus populaires en Europe. Avant les années 80, son industrie était florissante en France. En ces années de prospérité les marques nationales, comme Gitane ont produit, jusqu'à 350.000 bicyclettes par an.

Mais ça, c'était avant. Avant que ne déferle les vélos asiatiques, notamment les cycles taïwanais. En 2018, l'île a exporté plus de 2,2 millions de vélos classiques. Pourtant, le secteur a résisté en Europe. Parce que les industriels inquiets se sont unis pour alerter, à la fin des années 80, la Commission européenne. Et surtout, que celle-ci a répondu présent.

Elle a réagi en taxant l'importation de vélos chinois et taïwanais. Endiguant le flux entrant et protégeant environ 110.000 emplois en Europe. Grâce à cela, on fabrique toujours des vélos en France, ou plutôt on les assemble. Parce que du métal aux cadres eux-mêmes, les éléments de base viennent, eux, sans surprise, d'Asie…

Commentaires

1. Le mercredi, 22 mai 2019, 11:44 par Mèkilékon

Franchement nuls et agaçant, l'usage de termes anglais...alors que le mot français existe !!!

Insupportable même, car venant très souvent du même "milieu bobo-journalistique-branché", incapable de réfléchir 5 min et probablement tout fier d'user de la dernière expression à la mode (j'allais dire : à la con!!)…

Et ça vient nous faire la leçon sur tout un tas de sujets...

 

Avant tout, commencez à écrire et parler convenablement.

2. Le jeudi, 23 mai 2019, 18:27 par spéjo

Bonjour à tous,je vous signale au passage que la capitale du cycle au xix et xx ème siècles se trouvait à SAINT-ETIENNE,c'est un Stéphanois qui vous le dit.Tout le monde plus où moins a entendu palé de MANUFRANCE !

Si vous désirez voir le premier vélo et son histoire,vous avez un étage à visiter à Manufrance.

Lorsque j'étais jeune,j'ai regardé la fabrication des vélos,dans les rues il y avait,d'un coté le brasage des cadres,de l'autre l'émaillage et la finition par des filets or au pinceaux,ils avaient la forme d'un couteau et il ne fallait pas trembler,ils avaient une très grande expérience.

Une centaine de mètres plus loin,c'était le décolletage des clavettes et de toute la visserie sans oublier le plateau, les manivelles,les pédales, chromage et pour les roues,le montage des rayons sur la jante était exécuté par les femmes.

Ensuite le montage,j'aimais regarder les dernières opérations,une fois le vélo terminé,la petite reine était emballée prête à être expédiée,c'était des vélos FRANCAIS.Le plus triste, c'est que nous avions pas d'argent pour l'acheter,à mon époque un vélo était cher.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet