la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 43900
Aujourd'hui : 593
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Norimat industrialise le frittage flash pour l'aéronautique

Les Echos - La jeune société toulousaine a développé avec le centre de recherche Cirimat un procédé de frittage flash des poudres pour fabriquer des pièces complexes en matériaux à haute performance. Cette technologie est quatre fois plus rapide que la fonderie et engendre peu de perte de matière, à la différence de l'usinage. Romain Epherre, président et cofondateur de la société toulousaine Norimat, qui est accompagnée par le CEA Tech pour industrialiser son procédé de frittage flash, plus performant que l'usinage.

Fondé en 2016 par deux ingénieurs et un chercheur du Centre interuniversitaire de recherche et d'ingénierie des matériaux (Cirimat) à Toulouse, Norimat a mis au point un procédé de frittage flash des poudres pour produire des matériaux à haute performance, rapidement et sans perte de matière. Après une phase de R&D, l'entreprise fabrique au Cirimat des petites séries de pièces en métaux durs pour l'aéronautique et en céramique pour l'horlogerie. D'ici à la fin de l'année, elle lancera la production en série dans ses locaux au CEA Tech , qui l'accompagne pour l'industrialisation.

Norimat a développé la maturation technologique de ce nouveau procédé du Cirimat en déposant deux brevets. Le frittage flash consiste à porter les poudres à haute température jusqu'à 2.000 degrés, sans fusion et très rapidement - 100 degrés par minute -, en faisant passer un courant électrique pulsé dans le moule, pour produire un matériau massif sans porosité. L'entreprise y ajoute un système inédit de surmoulage en céramique pour fabriquer des pièces complexes en 3D. « Nous sommes les seuls à réaliser des formes complexes par frittage flash, explique son président et cofondateur, Romain Epherre. Jusqu'en 2015, on ne savait produire que des pièces plates. »

Lever 2 millions La montée rapide en température améliore les propriétés mécaniques de 15 % par rapport à la fonderie. Ce procédé réduit aussi le temps de production de 80 % et la perte de matière à 10 %, contre 90 % pour l'usinage des métaux durs dans l'aéronautique. Norimat fabrique des pièces en alliage de titane et en superalliage à base de nickel pour les avions et les réacteurs. Les matériaux résistant aux hautes températures étant très durs et difficiles à usiner, « les fabricants de moteurs cherchent des technologies nouvelles et les débouchés potentiels sont énormes », souligne son président. La société, qui a travaillé pour 30 clients en développement et en fabrication, veut lever 2 millions d'euros cette année pour financer l'achat de machines de production et son déploiement commercial.

Commentaires

1. Le mercredi, 15 mai 2019, 18:43 par GBénédite

Particulièrement intéressant. Merci Patrick pour cet article au sujet d'une technologie de frittage que je ne connaissais pas.

 

Piwi : "Merci de ton Merci

ils sont assez rares pour qu'un bénévole s'en étonne."

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet