la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 14269
Aujourd'hui : 534
En ligne : 7

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Et maintenant, reconstruire la cathédrale France

Les Echos - Eric LEBOUCHER

Pour les Parisiens, l'incendie de Notre-Dame de Paris a fait naître un reproche intérieur : tant de fois en passant alentour, ils se disaient qu'ils devraient y entrer à nouveau, flâner dans l'apaisant jardin de l'Archevêché, et ils ne l'ont pas fait. Comme si, à force de croiser quotidiennement la Beauté, l'attention ne meurt pas mais se dissout.

Puisse l'incendie avoir brûlé cette négligence. Puisse le tocsin avoir réveillé le plaisir quotidien de voir la grande cathédrale et le privilège d'habiter l'une des plus belles villes du monde, la plus belle capitale, Paris. Les Parisiens devraient ne plus oublier de mettre cette félicité au crédit de leur existence.

Le rappel vaut pour la France. Le choc international créé par la chute de la flèche en flamme est venu dire aux Français qu'ils ont le bonheur d'avoir l'un des pays les plus beaux du monde. Le continent immense vient chez eux épouser les mers, sous un climat au philosophique mot de tempéré, arrosant une terre économique grasse à lin et à vin, aux paysages esthétiques si diversifiés qu'il suffit de passer un col. L'histoire a fait des cathédrales, des châteaux, des villes dans cet envié esprit français qui sait marier brillance et équilibre.

Beaucoup de Parisiens avaient oublié la beauté de Notre-Dame à force de la côtoyer, tout comme beaucoup de Français ont oublié que l'on vit plutôt bien dans leur pays. Les difficultés existent, mais ne justifient ni la violence des derniers mois, ni les vaines polémiques sur les dons. C'est cela, aussi, qu'il va falloir reconstruire.

Commentaires

1. Le vendredi, 19 avril 2019, 17:13 par Mèkilékon

Cela me rappelle la citation suivante, très juste :

"On s’étonne trop de ce que l’on voit rarement et pas assez de ce que l’on voit tous les jours".

Cela concerne chacun d'entre nous, moi en premier.

Bonnes Fêtes de Pâques.

 

PIWI" Merci et Bonnes fêtes à toutes & tous"

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet