la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 72059
Aujourd'hui : 190
En ligne : 4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Automobile, prothèses... : à Magny-Cours (58), Piller Cleantech est à la pointe de l'ébavurage

Le journal du Centre - Automobile, prothèses... : à Magny-Cours, Piller Cleantech est à la pointe de l'ébavurage

LANCER LE DIAPORAMA

Christophe Jeandot, à l'aide d'un endoscope relié à son ordinateur, vérifie le moindre interstice de ce bloc-moteur de voiture avant de l’envoyer à son client. Il ne doit pas rester le moindre copeau © Christophe MASSON

Nichée au cœur du technopôle de Nevers-Magny-Cours, l’entreprise Piller Cleantech SARL fait son bonhomme de chemin. L'entreprise utilise pour l’ébavurage, notamment, de pièces industrielles de fonderie ou d’usinage, une technique particulière : le jet d’eau à très haute pression. Elle est la seule en France. Lorsqu’une pièce sort de fonderie ou d’usinage, quelle que soit sa taille, elle a besoin d’être ébavurée, nettoyée, débarrassée du moindre copeau qui pourrait perturber le fonctionnement du produit final dont elle fera partie.

Pour se faire, il existe diverses techniques. Sur le technopôle de Nevers-Magny-Cours, une entreprise, Piller Cleantech SARL, en applique une peu usitée : le jet d’eau à très haute pression. Une technique qui permet de traiter des pièces de petite et grande taille, quelque soit le métal et même des éléments en plastique. Du secteur automobile à celui du médical Le cœur de métier de l’entreprise est de travailler sur des pièces de fonderie ou d’usinage. « Nos prestations et notre procédé nous permettent de travailler pour des clients travaillant dans des secteurs d’activité très variés », souligne Christophe Jeandot, gérant salarié. Cela va de l’automobile à l’armement en passant par l’horlogerie, l’aéronautique et le médical, notamment.

Des clients pour lesquels l’action porte sur l’ébavurage, le nettoyage et l’extraction de copeaux. « Grâce à cette machine, dont la pression des jets peut ête réglée de 200 à 1.000 bars, nous pouvons traiter des pièces de tailles variées, y compris faites avec certains plastiques, allant du petit élément d’un mécanisme de montre jusqu’à un bloc-moteur de voiture », insiste Christophe Jeandot.

Des élèments pour prothèses de jambe Cette souplesse, associée à la réactivité de l’entreprise, lui permet d’avoir un carnet de clients déjà bien rempli. Des entreprises d’usinage, bien sûr, mais également des donneurs d’ordre comme Renault F1 pour lequel Piller Cleantech travaille en direct ou par le biais de sous-traitants. « Nous intervenons également pour des sociétés spécialisées dans la conception et la réalisation de prothèses de jambe. Dans ce seul secteur, nous avons déjà une dizaine de références. »

La montée en puissance est régulière. Lorsqu’il travaillait seul, il traitait environ 400 pièces par an. « Sur le seul mois dernier, nous en avons travaillé 3.000 et ce mois-ci, nous devrions monter à 5.000 », se réjouit le gérant.

L'année dernière, l'entreprise a réalisé 120.000 € de chiffre d'affaires.

Denis Chaumereuil

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet