« Il reste des combats à mener à la fonderie, notamment sur le statut des intérimaires. Ils sont 137, soit plus de 30 % des effectifs. C’est scandaleux ». Philippe Martinez évoque également certaines conditions de travail : « Les salariés postés au tapis de tri des pièces sortant des moules, vous ne pouvez pas décemment leur demander de travailler au-delà de 60 ans ». Sa personnalité et ses messages rassurent les camarades présents ce jour : « Essor du numérique, allègement des véhicules (par exemple le remplacement de pièces en fonte par de l’aluminium) : on voudrait plus de clarté ».

« L’industrie structure l’économie d’un territoire, y compris dans le Morbihan. Il n’existe pas de vieille industrie, elle se développe, se transforme ».