Le Garage - Il est trop tard pour bâtir un champion français de la voiture électrique ou des batteries lithium-ion.

Alors, pourquoi ne pas tenter sa chance dans l’hydrogène ? C’est l’objectif des big boss de deux équipementiers tricolores de premier plan, Michelin et Faurecia.

En apportant leurs activités respectives dans la pile à combustible (la machine qui permet de transformer de l’hydrogène en électricité) à Symbio, une jeune pousse spécialisée, filiale de Michelin, ils visent la première marche du podium mondial en 2030, avec 25% d’un marché qu’ils voient grossir à 15 milliards d’euros. Un sacré pari, car la technologie est loin d’être mûre.