Les sous-traitants sont en difficulté mais les constructeurs se portent mieux. Renault et PSA ont plus d'argent à investir pour se reconvertir. PSA Tremy en Moselle annonce une nouvelle ligne de fabrication de moteurs électrique, Renault à Cléon a également les moyens de changer de cap. C'est vrai que c'est plus difficile pour les PME et les ETI, les entreprises à taille moyenne

Avec l'arrivée de l'électrique, qui va remplacer le diesel, on pourrait croire que la solution est toute trouvée. Mais non, et tout s'explique par une seule équation : il faut 7 fois moins d'ouvriers pour réaliser un moteur électrique que pour un moteur diesel. Les composants électriques sont moins exigeants à produire et le temps d'assemblage est plus rapide. Et les nouveaux métiers qui sont en train de se développer (bobineurs, câbleurs) ne seront pas accessibles à tous les salariés désireux de se convertir.

Bercy voulait revaloriser le diesel, les nouveaux véhicules diesels, moins polluants, en leur attribuant la vignette Critair 1, mais le ministère de la transition Écologique a dit non. Il faut donc investir davantage dans la reconversion,