la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 9433
Aujourd'hui : 946
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les émissions de la fonderie de PSA utilisées pour le chauffage

Le blog auto - PSA récupère l’énergie de ses fonderies pour le chauffage urbain PSA vu comme un modèle écologique ? EDF et Dalkia ont inauguré vendredi à Charleville-Mézières (Ardennes) un réseau de chauffage urbain alimenté par la chaleur de six fours de la plus importante fonderie du groupe automobile en France. Inauguration en présence de Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF et de Sylvie Jéhanno, la patronne de Dalkia. Si auparavant, la chaleur issue de la fonderie de l’usine PSA était en quelque sorte « perdue », ce n’est plus le cas désormais : elle permet depuis janvier dernier de chauffer plus de 3.000 logements sur trois quartiers ainsi que le centre hospitalier de la ville, créant une vingtaine d’emplois, se réjouissent le maire LR de Charleville-Mézières et le président d’Ardenne Métropole, Boris Ravignon.

L’investissement – qui représente tout de même la bagatelle de 10 millions d’euros – a été porté par Dalkia, société gestionnaire du réseau de chaleur via une délégation de service public signée en juin 2017.

4 millions proviennent du « Fonds Chaleur » de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Selon les concepteurs du projet, l’opération permettra d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 7.000 tonnes de gaz carbonique chaque année. Ce qui équivaut selon la patronne de Dalkia au retrait de la circulation de 4.000 véhicules.

Ce nouveau système de chauffage se veut être un projet gagnant-gagnant entre les utilisateurs et les producteurs de ressources énergétiques. Grâce au système mis en place, la facture des bénéficiaires est réduite d’environ 15 %, PSA quant à lui pouvant retirer des revenus de la vente à Dalkia des chaleurs résiduelles de six fours de fonderie. Un double avantage pour le directeur du site de PSA ,Stéphane Gelas, rappelant qu’auparavant ces émissions « ne servaient avant qu’à chauffer les oiseaux ».

Ne serait-ce que pour l’hôpital, cette « récupération » permet d’économiser 300.000 euros par an.

Concernant le prix de vente de cette chaleur dite « fatale », PSA le qualifie de « raisonnable », sans toutefois en préciser le montant.

D’importants potentiels d’énergies à récupérer

Une étude réalisée par le CEREN a permis d’identifier et de quantifier les gisements de chaleur dite « fatale » sur la base de données issues des 7 000 plus gros consommateurs d’énergie dans l’industrie (industries manufacturières et industries du raffinage). Le périmètre d’investigation comprenant notamment les procédés les plus énergivores tels que fours, séchoirs, chaudières…

Les résultats de cette étude ont montré que 109,5 TWh, soit 36% de la consommation de combustibles dans l’industrie (hors usage en matière première, mais y compris le secteur du raffinage), sont rejetés sous forme de chaleur fatale, dont 52,9 TWh à 100 °C et plus. Le gisement de chaleur fatale dans l’industrie provient en tout premier ordre des fumées de fours, viennent ensuite les buées de séchoirs puis les fumées de chaudières. Selon l’étude, 16,7 TWh de chaleur fatale à plus de 60 °C (13,4 TWh à plus de 90°C), sont valorisables dans les réseaux de chaleur existants. Ce gisement de chaleur fatale provient des sites industriels présents à proximité des réseaux de chaleur de 496 communes desservies. Ce gisement correspond à 70 % de la chaleur livrée en 2013 par les réseaux de chaleur en France.

L’avis de Leblogauto.com Si comme l’affirme la patronne de Dalkia, une telle initiative permet d’éviter le rejet dans l’atmosphère de 7.000 tonnes de gaz carbonique par an, ce qui – tient-elle à préciser – équivaut au retrait de la circulation de 4.000 véhicules, verrons-nous bientôt les constructeurs négocier auprès des plus hautes instances pour que soit prise en compte ces comportements « écologiques » pour apprécier globalement leurs efforts mis en œuvre pour lutter contre la pollution atmosphérique ?

Selon l’ADEME, les enjeux de la récupération de chaleur « fatale » au niveau d’un territoire sont notamment de « créer une synergie économique et environnementale avec le tissu industriel », de limiter les gaz à effet de serre et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, notamment dans le cadre des Schémas Régionaux Climat-Air-Énergie (SRCAE) et des Plans Climat Énergie Territoriaux (PCET).

Sources : AFP, PSA, ADEME, CERENE

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet