Puis, en s’inspirant de l’engouement pour les graphies antiques popularisées par la campagne d’Égypte de Napoléon, il redessine un alphabet entier. Ou l’apparition d’une série de polices dites égyptiennes, aux empattements rectangulaires. Un succès. Le dessin est costaud et la base massive s’imprime et se lit bien, même sur du papier de qualité inférieure. À la mort du manufacturier, en 1766, les fontes Caslon deviennent des références pour les documents historiques, à commencer par la Déclaration d’indépendance des États-Unis. Avant de passer de mode et de tomber en désuétude.

Pour répondre aux attentes des premiers industriels devenus annonceurs, la fonderie Caslon s’attelle alors à constituer une nouvelle police de caractères. À gagner de la place en supprimant ce qui en prend inutilement. Dans le catalogue de 1816, la Caslon Egyptian est la première police sans empattements de la typographie latine et la première destinée à la réclame. Les jambes des lettres n’ont plus de pieds qui débordent de chaque côté, offrant un gain de place considérable sur les pages des gazettes. La forte graisse renforce sa présence et attire l’œil du lecteur. Vendue ! Dès lors, les années passant, les caractères en bâtons larges et carrés continuent de s’épaissir. Un écho aux énormes machines de l’ère industrielle en cours.

Source : Usine Nouvelle