Claude Doyennel interviendra sur cette entreprise qui a connu des générations d’ouvriers et ce, d’une façon « attrayante » et « abordable » par tous, désireux qu’il est « de sortir des sentiers battus, la métallurgie étant un domaine difficile à intéresser. Mon intervention sera le fruit de mes recherches faites à l’occasion de la construction du site internet ». Outre l’histoire de l’entreprise, Claude Doyennel prévoit de développer trois autres volets. « Je débuterai par la Guerre de cent ans à Pontchardon car dans des écrits de l’abbaye de Saint-Wandrille, datant de 1347, il est fait état de la fabrication de boulets de canon durant les guerres dynastiques Plantagenêt/Valois ». Il relatera également l’anecdote portant sur La Malédiction du cheval de Saint-Georges et abordera le traitement du minerai de fer « du bas fourneau au cubilot. Cette région était riche en minerai de fer, surtout l’Orne ». La conférence devrait durer une heure. Le devoir de mémoire Claude Doyennel est issu d’une vieille famille vimonastérienne. « À 15 ans et alors que j’étais sorti 1er du canton au certificat d’études, mon père m’a fait embaucher à la fonderie de Pontchardon. J’y suis resté à travailler deux ans avant de partir à l’aventure à Paris où j’ai eu, entre autres, des responsabilités syndicales et politiques à l’échelon national » relatait-il dans une interview accordée en 2017. Son intérêt pour la fonderie de Pontchardon, comme celui qu’il porte à la Mic a qui il a consacré un site internet et à venir, à Moulinex, « c’est le devoir de mémoire ».