Fondation de l'école supérieure de fonderie : C’est en 1921, durant le 1er Congrès international de fonderie organisé à Liège, qu’Eugène-Victor Ronceray, ingénieur Arts et Métiers, fondeur et passionné de l’enseignement technique, lance l’idée de la création de l’école. À la fin de la présentation de son mémoire sur l’apprentissage, Eugène Ronceray déclare :

« Lorsque nous aurons formé des ouvriers connaissant leur métier, des contremaîtres capables de les commander intelligemment et d’organiser la fabrication, il sera nécessaire de compléter les cadres par des ingénieurs spécialisés dans la fonderie, ayant fait de son étude leur préoccupation principale. Nous estimons donc qu’il y a place pour une sorte d’école supérieure de fonderie ouverte à tous sous certaines conditions, mais particulièrement à ceux qui ont déjà acquis une certaine expérience dans la profession ».

Le 30 juillet 1923, le Syndicat Général des Fondeurs de France décide la création de l’école supérieure de fonderie sous le patronage et avec l’aide du Sous-Secrétariat à l’Enseignement Technique. Le 23 octobre de la même année, la création de l'école parait au journal officiel.

L’ESF ouvre ses portes le 1er janvier 1924 et accueille sa première promotion d’élèves le 8 janvier au sein des locaux de l’école nationale supérieure des arts et métiers de Paris.

Le 30 juin 1925, l’école supérieure de fonderie est reconnue par l’État par décret ministériel et habilitée officiellement à délivrer un diplôme d'ingénieur.