la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 72076
Aujourd'hui : 207
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Société aveyronnaise de métallurgie : Mémoire vive : retour historique sur la Sam

Centre Presse - La direction et les cadres de la SAM à la fin des années 1980, avec au centre le directeur Pierre Hugot et le directeur de production M. Lorcha.

Une nouvelle aventure a débuté avec le groupe Jinjiang. Il est donc opportun de retracer un bref historique de ce fleuron industriel du Bassin, en compagnie de Maurice Orsane qui a été, entre autres, responsable d’études. Notre guide nous indique que la Vieille-Montage a expérimenté au début des années 1950 un atelier de fonderie sous pression. Tout est parti de là car, en 1957, la société dite Le Métal injecté eut la vocation de fabriquer des pièces en zamak (alliage de zinc). Mais, treize ans plus tard, le Métal injecté dépose le bilan.

En 1971, les établissements Cochet reprennent cette entreprise et s’installent sur la zone industrielle des Prades, à Viviez. Bien que l’on devine tout son potentiel, Cochet dépose à son tour le bilan.

Un tournant important est pris en octobre 1973, quand le groupe SEV Marshal rachète les Éts Cochet et crée la Sam (Société aveyronnaise de métallurgie).

On doute de l’avenir du site mais après six mois de fonctionnement, sous la férule de Pierre Hugot, les comptes sont équilibrés et SEV Marshal décide de continuer d’exploiter la SAM. Puis, tout s’accélère, l’entreprise développe le magnésium, réalisant ses premières pièces en 1977. Un premier marché est signé avec Renault l’année suivante. La fonderie sous pression de Blois est transférée sur le site viviézois et le conforte. Maurice Orsane indique ensuite une période charnière entre 1985 et 1988 avec la création du groupe Valéo qui rachète SEV Marshal.

Mais Valéo souhaite vendre la SAM, c’est alors que le directeur financier et le directeur industriel de SEV Marshal s’associent pour fonder le groupe Arche, dont la SAM est filiale.

De 1989 à 2004, le groupe Arche achète trois entreprises.

Viennent les années dites "Bellity", de 2007 à 2016, avec d’autres achats, créant les entités suivantes : MBF à Saint-Claude, FVM à Villers-la-Montagne, Sermi à Chavenod, Alfisa en Espagne. 2017 est une année sombre avec le dépôt de bilan et la dissolution du groupe Arche.

Décembre 2017, l’espoir renaît avec le rachat de la SAM, FVM et Alfisa par Jinjiang SAM.

La SAM a employé environ jusqu’à 800 personnes (en comptant de nombreux intérimaires), se plaçant comme le plus gros employeur du Bassin avec un savoir-faire reconnu.

À ce jour, ils sont environ 420 employés. Souhaitons avec Maurice Orsane que l’aventure continue encore longtemps.

Commentaires

1. Le dimanche, 17 février 2019, 22:47 par Pierre08

Quelqu'un a-t-il les coordonnées de Denis LORCHAT, qui était de ma promo ESF 76 ?

2. Le vendredi, 22 février 2019, 17:00 par AMS

Je me permets de corriger les années "Bellity" qui ont commencé en 1998 pour se terminer en 2016. Patrick Bellity est arrivé en 1998 pour sauver la SAM d'une mort certaine puisqu'à l'époque elle perdait un million d'euros par mois, n'ayant plus que quelques mois à vivre d'une activité zamak largement déficitaire. Après ce sauvetage réussi avec brio, il lança la SAM à la conquête de l'aluminium, donnant ainsi naissance au Groupe Arche qui traversa les différentes crises, notamment celles de 2008 et 2009, contrairement à beaucoup de concurrents disparus depuis. Rendons à César ce qui appartient à César.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet