la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 67586
Aujourd'hui : 845
En ligne : 11

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Poitou(x)

Placée en redressement judiciaire vendredi par le tribunal de commerce de Poitiers,, le jugement tombe après celui du tribunal de commerce de Lyon qui avait placé en novembre 2018 en redressement judiciaire la Fonderie Saint-Jean Industries Poitou (340 salariés). Les deux usines sont issues d'une scission de Renault en 2002. Depuis la scission, la Fonderie du Poitou Fonte a été rachetée en 2014 par Jérôme Rubinstein. L'exercice 2017 a été bouclé à l'équilibre pour la première fois depuis longtemps mais la crise du diesel l'a frappée de plein fouet en 2018 et un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été lancé en octobre dernier avec à la clé 103 suppressions de postes.

La direction a demandé le 1er février son placement en redressement judiciaire en raison, selon un communiqué, d'une "baisse drastique de ses commandes" à cause notamment de la baisse de commande des blocs moteurs en fonte pour le diesel.

La Fonderie Saint Jean Industries Poitou (ex-Fonderie Alu), qui fabrique principalement des culasses, n'a fait l'objet que d'une seule offre de reprise jugée recevable, celle du britannique Liberty House qui prévoit la suppression de 125 emplois sur 340.

Renault, principal donneur d'ordre, a été sollicité pour reprendre le site ou pour s'engager sur un volume de commandes susceptible d'assurer l'avenir de l'entreprise.

Liberty House n'a pas exclu de reprendre les deux entités mais dans tous les cas il faudrait compter sur les commandes de Renault.

Commentaires

1. Le samedi, 9 février 2019, 10:05 par piwi

Baisse drastique des commandes suite au déclin du diesel.

Un contexte qui aurait fait chuter de plus de 40% ses commandes de blocs moteurs au second semestre 2018,

alors que 70% de sa production est destinée au diesel.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet