Depuis 1984, Magolux produit des pièces de fonderie grand format pour les marchés du dragage et des cimenteries. Malgré le soutien financier du groupe Magotteaux, à hauteur de "plus de 20 millions d'euros", l'entreprise fait face à une concurrence rude en provenance des pays émergents. De plus, "la demande réduite de ces secteurs (NDLR: dragage et cimenteries) ne permettait plus à Magolux d'assurer son développement", souligne-t-on au sein de l'entreprise.

Le groupe Magotteaux ajoute, par ailleurs, que Callista a été identifiée comme le meilleur partenaire afin de supporter le déploiement futur de l'unité en lui ouvrant des perspectives additionnelles dans des secteurs autres que ceux actuellement exploités. La société allemande souhaite en effet développer ses activités dans l'agriculture, le transport ferroviaire et la construction. La cession sera effective vers la mi-février.

"Cette transition vers Callista est la meilleure option en vue d'assurer l'avenir professionnel de Magolux et de ses travailleurs", relève Sébastien Dossogne, CEO du groupe Magotteaux.

De son côté, Olaf Meier, CEO de Callista Private Equity, se dit fier d'ajouter Magolux au portefeuille de l'entreprise. "L'ensemble de l'équipe existante nous permettra de rapidement planifier le développement des activités et de viser une croissance à travers l'acquisition de nouveaux marchés", a-t-il indiqué.

A Liège, la situation n'est pas des plus réjouissantes en raison de la baisse d'activité des deux usines maintenues en fonction. Si bien que le chômage économique à raison d'un jour par semaine, instauré vers la mi-2017, se poursuit en 2019 pour l'ensemble du personnel.