r en réunion extraordinaire du comité d’entreprise : la Fonderie du Poitou Fonte (FPF), qui emploie 408 salariés et qui fabrique des carters, va solliciter son placement en redressement judiciaire, apprend-on dans un communiqué de la direction.

Depuis six mois, Fonderie du Poitou Fonte (FPF) est "confrontée à une baisse drastique de ses commandes et donc de sa production". Déja confrontée à un plan social "D’une part, du fait de la fin annoncée du diesel en France où les commandes de blocs moteurs en fonte ont diminué de plus de 40 % au second semestre de 2018."

"D’autre part car son principal client constructeur a été contraint de cesser ses opérations en Iran en 2018 par suite des sanctions stratégiques mises en œuvre par les Etats-Unis à l’encontre de ce pays. Cette forte chute du marché a mis à mal les efforts entrepris par les actionnaires de FPF pour pérenniser l’activité et tenter d’en diversifier les débouchés."

Fonderie du Poitou Fonte (FPF), qui a réalisé un chiffre d’affaires de 91 millions d’euros en 2017, produit principalement des blocs moteur en fonte dont 70 % sont destinés aux motorisations diesel.

Son site est mitoyen mais indépendant de celui de l’usine Saint-Jean Industries Poitou (ex-Fonderie Alu), en redressement judiciaire depuis fin novembre 2018.

Depuis octobre dernier, la Fonderie du Poitou Fonte est confrontée à un plan social (103 suppressions de postes) "dans le but de faire face à la chute drastique des ventes de moteurs diesel".

Cette chute des ventes ayant continué à s’accélérer, la société FPF est "donc contrainte de demander son placement en redressement judiciaire".

Le tribunal de commerce de Poitiers décidera la semaine prochaine Le tribunal de commerce de Poitiers statuera sur cette demande dans le courant de la semaine prochaine.

La direction de FPF déplore au passage que "l’État, après avoir bouleversé soudainement la filière française de production de véhicules diesel l’an dernier, ait mis en œuvre des mesures qui ne sont pas à la hauteur des enjeux avec seulement 18 millions d’euros d’aide".

Rappelons que, selon une étude de l’Observatoire de la métallurgie fin 2018, "35.000 emplois seraient affectés directement par cette crise du diesel".

Avant l’aggravation récente et brutale de sa situation, Fonderie du Poitou Fonte avait manifesté son "intérêt pour reprendre le site voisin de Saint-Jean Industries Alu, en vue de constituer un ensemble industriel plus solide et diversifié (aluminium et fonte)".

Plusieurs autres repreneurs s’étaient également manifestés.

à chaud Le président de la Fonte : " La meilleure solution est de réunir les deux activités" Jérôme Rubinstein, président de Fonderie du Poitou Fonte : "En tant qu’actionnaire principal de Fonderie du Poitou Fonte, je reste persuadé que la meilleure solution industrielle consiste à réunir les deux activités afin de créer un maximum de synergies, d’autant qu’elles sont dans le même bâtiment industriel. Je soutiendrai donc tout investisseur qui aura un projet de reprise global des deux sites".