la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 69631
Aujourd'hui : 927
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A propos de Michel Legrand qui vient de nous quitter

La première critique qu’il reçut fut celle de Max Favalelli, dans France-Soir, en 1956 : « Michel Legrand confond la musique et une fonderie du Creusot. » Une manière de dénoncer la modernité du jazz que pratiquait le compositeur, pianiste et chef d’orchestre (mais aussi chanteur et acteur). Piwi en profite pour dire son amitié à Macha Meril l'épouse du grand musicien rencontrée à Argentan à l'université du goût.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet