la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 7714
Aujourd'hui : 825
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Des élèves du lycée Henri-Brisson de Vierzon vont « sonoriser » l'abbaye de Noirlac

Le Berry Républicain Des élèves du lycée Henri-Brisson de Vierzon vont «sonoriser» l'abbaye de Noirlac Des élèves du lycée se sont déjà rendus sur place, avant les vacances de Noël.

Environ 70 élèves vierzonnais sont mis à contribution pour concevoir et produire des « objets qui sonnent » lors de la prochaine biennale de l’abbaye de Noirlac. Pour la première fois au lycée Henri-Brisson, un « workshop » (atelier) se déroule tout au long de cette semaine. Il a la particularité d’associer, autour d’un projet commun, des élèves de différentes sections : design, modelage et fonderie. « La grosse richesse de notre lycée c’est de pouvoir faire se rencontrer des champs professionnels différents, rappelait le proviseur Frédéric Couturier. C’est également important de pouvoir s’enrichir de l’apport de professionnels issus de l’extérieur. Je suis extrêmement curieux de savoir ce que cela va donner. »

« Plusieurs disciplines vont mettre en commun leurs savoirs pour fabriquer un objet, tout en jonglant avec les contraintes techniques. »

JÉRÔME HERTZOG (Enseignant)

Près de 70 élèves sont impliqués, de la conception à la production, dans la création d’« objets qui sonnent ». Avant les vacances, les secondes de l’option CCD (Création, culture, design) ont visité l’abbaye de Noirlac, où se déroulera la biennale Les futurs de l’écrit. C’est dans son cloître que seront installés, début juin, les « instruments » réalisés.

Le proviseur Frédéric Couturier rappelle les enjeux aux élèves.

Les élèves travaillent directement en lien avec deux artistes associés de la Manufacture des Arts Numériques de Bourges (MANB), Vincent Espéron et Rémi Dury. « On les a mis en situation en écoutant les résonances des lieux avec des objets différents, expliquent-ils. Les élèves ont joué aussi de ces instruments pour qu’ils puissent mieux appréhender le projet. »

Sept familles d’objets Ils travailleront sur sept familles d’objets, constitués de différentes matières : fonte, aluminium, cuivre, fibres de carbone et de verre. « Le workshop permet de se concentrer de façon intensive sur la création d’une forme, d’un objet, d’un concept qui peuvent prendre différents aspects, apprécie Jérôme Hertzog, enseignant en arts appliqués. Plusieurs disciplines vont mettre en commun leurs savoirs pour fabriquer un objet, tout en jonglant avec les contraintes techniques ou technologiques liées à sa réalisation. » Abbaye de Noirlac (photo Pierrick Delobelle).

Pour ses collèges enseignantes, Nicole Bastien et Camille Hubert, ce projet « favorise la prise d’autonomie des élèves. C’est une expérience individuelle forte, qui marque les jeunes, car ils n’ont pas le temps de s’en échapper. Cette immersion permet de générer de la créativité immédiate. »

Les futurs de l’écrit est une manifestation pluridisciplinaire qui associera les artistes et la population les 8 et 9 juin prochains, à l’abbaye de Noirlac.

Philippe Roch

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet