la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 29545
Aujourd'hui : 11
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La France, le pays Tech le plus dynamique d’Europe ?

Maddyness Le rapport 2018 d'Atomico, qui brosse chaque année le portrait de la Tech européenne, est élogieux pour la France. Explosion des investissements, croissance de l'emploi, l'Hexagone connaît un âge d'or... qui ne lui permet cependant pas encore de rattraper son retard sur ses voisins allemand et anglais.

N’en déplaise aux grincheux, aux ronchons et à tous ceux qui préfèrent voir le verre à moitié vide : oui, la France est le pays Tech le plus dynamique d’Europe.

C’est ce que révèle le rapport 2018 d’Atomico baptisé The State of European Tech, et présenté cette semaine au festival Slush, qui compare les écosystèmes européens. La France enregistre ainsi l’évolution la plus importante en termes de fonds levés (+46% en 2018 par rapport à 2017) mais aussi en termes d’emplois dans la Tech (+7,3%).

C’est bien mieux que ses voisins allemand et anglais, qui nourrissent les comparaisons des experts. Les premiers ont certes vu les investissements augmenter cette année encore (+35%) mais moins que dans l’Hexagone qui a les faveurs des financiers. Et les seconds voient même les investissements dans les entreprises nationales chuter (-3,2%) et la croissance de l’emploi dans les métiers Tech ralentir (seulement +3,3%).

Un optimisme à toute épreuve Alors, heureux ? Oui mais il faut rester lucides : si la France connaît un tel dynamisme, c’est bel et bien qu’elle est en retard par rapport à ses voisins. En effet, si les investissements augmentent, ils n’atteignent dans l’Hexagone que 3,7 milliards de dollars en 2018 – selon les relevés réalisés par la base de données Dealroom, contre un peu plus de 4 milliards en Allemagne et 7,4 milliards au Royaume-Uni, malgré la frilosité des investisseurs face au Brexit. Quant à l’emploi dans la Tech, il reste en France très loin des niveaux que connaissent nos voisins. Ainsi, si le nombre de développeurs français a crû de 5% – là aussi, un record – cette année, l’Hexagone n’en compte toujours qu’un peu plus de 490 000, contre 830 000 au Royaume-Uni (+2%) et 850 000 en Allemagne (+1,6%).

Point de défaitisme dans ce constat, bien au contraire. La France rattrape son retard avec panache, ce qui témoigne de son attractivité tant auprès des investisseurs que des talents technophiles. Un bon point pour le pays qui s’est définitivement débarrassé du French bashing et retrouve une certaine aura, bénéfique pour la croissance des entreprises comme pour l’emploi. De quoi expliquer que les Français se montrent particulièrement positifs : 45% d’entre eux se disent optimistes quant à l’évolution du secteur Tech (contre 41% en Allemagne et 30% au Royaume-Uni).

Commentaires

1. Le dimanche, 30 décembre 2018, 17:37 par Mèkilékon

Cela confirme le dicton (qui se confirme avec les récents évènements des gilets jaunes) :

"La France est toujours en retard d'une guerre, mais en avance d'une révolution".

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet