la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 1232996
Aujourd'hui : 559
En ligne : 3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La fonderie de la Côte a la côte ... du Parisien aussi

Le Parisien -

"Dans le Vexin, sa fonderie est sans chichi."

Alexandre Behot a créé la fonderie de la Côte, où il réalise des pièces sur mesure et crée ses propres œuvres, à mi-chemin entre la déco et l’art.

Installé à Condécourt, Alexandre Behot qui expose actuellement ses travaux au Carrousel du Louvre, à Paris, revient aux fondamentaux de la fonderie. « On peut faire de la fonderie avec trois fois rien… Moi, je mise tout sur le savoir-faire ! » Alexandre Behot expose à partir d’aujourd’hui ses réalisations au Carrousel du Louvre, à Paris (Ier), au sein de la plus grande exposition-vente consacrée aux métiers d’art et de création en France. Ses œuvres y occuperont une place particulière puisque cet habitant du Vexin est l’un des lauréats du prix Jeune Talent 2018 décerné par la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat.

Avant d’être exposées dans ce cadre prestigieux, ses pièces sont nées à la fonderie de la Côte installée… dans l’ancienne porcherie de la ferme familiale, à Condécourt. C’est ici, au milieu d’outils et de machines pour la plupart faites maison, que le Val-d’Oisien fabrique des objets sur mesure ou les imagine.

Ingénieur dans un premier temps ESFF 2011 « Lors de ma formation, j’ai participé à la construction d’une fonderie en Afrique et cela m’a beaucoup influencé, raconte-t-il. C’est pour cela que j’ai conçu mon atelier de manière simple, mais robuste. » Alexandre a d’abord passé un diplôme d’ingénieur aux Arts et métiers. « Dès le premier TP (cours de travaux pratiques) de fonderie, j’ai su que c’était pour moi. J’ai immédiatement aimé l’odeur, la fumée », sourit l’artisan. L’un des petits bateaux en bronze d’Alexandre Behot. LP/Marie Persidat

Après avoir quelque temps exercé comme ingénieur, il se lance dans la fonderie. Car la demande existe et elle est très variée. Ses clients sont des propriétaires de châteaux qui ont cassé l’espagnolette de leur fenêtre, des facteurs d’instruments qui ont besoin de clés (une pièce particulière permettant d’ouvrir ou de fermer des trous hors d’atteinte des doigts), des mairies qui veulent décerner une médaille ou bien des amateurs de vieilles voitures qui ne trouvent pas la pièce de rechange dont ils ont besoin.

Le goût des défis « Les industriels de la fonderie ne s’intéressent pas à ce type de besoin, ils ne fabriquent qu’un minimum de mille pièces à la fois. » Mais dans l’atelier d’Alexandre, on aperçoit également d’étonnantes tongs ou lunettes de chantier coulées dans le métal. A côté, un nid en bronze immortalise le travail méticuleux d’un petit oiseau.

Car Alexandre aime relever les défis. Et fondre tous les objets qui l’inspirent, quelle que soit la difficulté technique que cela sous-entend. Il aime imiter la légèreté du petit bateau en papier en lui donnant le poids du bronze. Ou retrouver l’aspect du corail ou des ruches avec du métal pour créer de fascinantes petites lampes.

Le Carroussel des métiers d’art a lieu du 6 au 9 décembre, 99, rue de Rivoli, à Paris (Ier). Des croix du Vexin, made in Vexin./LP/Marie Persidat

Sur ce blog on rappelait qu'il aimait chatouiller la contre dépouille avec Feranand Echappé : une bonne nouvelle pur l' ATF.

Commentaires

1. Le mardi, 11 décembre 2018, 14:46 par Bernard MITHOUARD

Encore un fou dans le monde la fonferie.
Lorsque vous parlez avec lui du monde de la fonderie, il vous cite Wibault, Max et j'en passe,
que des fous, en somme.
Chapeau pour ce qu'il fait.

2. Le mardi, 11 décembre 2018, 19:35 par Mèkilékon

Est-ce lié aux difficultés de ces métiers millénaires qui travaillent et transforment la matière, telle la fonderie, mais il est vrai que l'on y rencontre souvent des tas de gens attachants car atypiques, passionnés ou au caractère pour le moins "affirmé".

Piwi : "Haut les coeurs !!!" 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet