la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 1232973
Aujourd'hui : 536
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La dernière houillère de la Ruhr ferme

Le Monde - La cessation d’activité, le 21 décembre, de la mine Prosper-Haniel marque la fin de l’exploitation d’un charbon qui a profondément marqué l’industrie, l’histoire et la culture allemandes et européennes. La cokerie de Prosper-Haniel à Bottrop (Allemagne), le 20 novembre.

Dans un claquement métallique, la porte de la cage s’est refermée. Quelques secondes plus tard, tout s’ébranle, le sol se dérobe. Nous plongeons dans les entrailles de la terre, serrés les uns contre les autres, à la lueur des lampes portées autour du cou. Le vent siffle, la descente semble interminable. Un autre bruit sourd, puis le silence. La cage s’est arrêtée. La grille s’ouvre. Nous sommes à 1 200 mètres sous terre, dans la fosse Prosper-Haniel, à Bottrop, dans la Ruhr (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

C’est la toute dernière mine de houille d’Allemagne. Le 21 décembre, une équipe opérera une ultime descente avant que l’exploitation de ce type de charbon, emblématique de l’essor industriel allemand et européen, soit définitivement arrêtée outre-Rhin.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet