la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 69632
Aujourd'hui : 928
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Grosbliederstroff. Fonderie Lorraine livre « sa » vérité

Mise en cause pour des émissions de poussières, d’odeurs et de bruit par un collectif de Kleinblittersdorf, Fonderie Lorraine sort les griffes. La société a divulgué les résultats d’une enquête de Dekra.

Les dirigeants de Voit et Fonderie Lorraine dont Marc Friedrich (à droite) ont présenté leurs chiffres.  Photo Thierry NICOLAS

AKleinblittersdorf, les citoyens ne lâchent pas l’affaire. Depuis plus de deux ans, ils ont constitué un collectif et signé une pétition pour dénoncer le bruit excessif, les émissions de fumées suspectes et les mauvaises odeurs provenant selon eux de l’usine Fonderie Lorraine (400 salariés).

Le débat porté sur la place publique a contraint le ministère de l’Environnement sarrois à entreprendre des mesures de la qualité de l’air. Sur une période de six mois, l’organisme Immesa démontre que __les taux de pollution sont bien inférieurs à la limite autorisée par les pouvoirs publics. __ « Nous ne produisons pas d’aluminium »

A son tour, Fonderie Lorraine passe à l’offensive. Et joue la transparence en livrant les résultats d’une autre étude menée par Dekra sur l’ensemble des désagréments dénoncés par les riverains de Kleinblittersdorf.

« Bizarrement, ce n’est que depuis 2015 que nous sommes la cible de toutes ces critiques », s’étonne Marc Friedrich, président-directeur-général. « Nous ne produisons pas d’aluminium, notre process de fabrication consiste à fondre à 750°des barres d’aluminium, et ce, depuis 1996 pour fabriquer des pièces destinées à l’industrie automobile. Nous ne sommes pas responsables car cette étude démontre que nous respectons la réglementation en vigueur, tant côté français que sarrois. En tant qu’installation classée, nous faisons régulièrement l’objet de contrôles notamment de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement)».

Bien en dessous-des seuils

Premier élément : les émissions de fumées. « La fumée qui sort des lucarnes des toits est à 99,3 % de la vapeur d’eau. Le reste correspond à des huiles et à de la parafine dont nous avons besoin pour démouler les pièces de nos presses. Nous n’utilisons quasiment pas de produits chimiques », justifie le dirigeant. Dans son rapport rendu voici quatre semaines, le Landesamt für Umwelt- und Arbeitsschutz (Lua) (organisme de protection de l’environnement, de la qualité de l’air et de la protection de travail) n’avait relevé aucune anomalie car « les taux d’arsenic, nickel, plomb, titane sont nettement en dessous des seuils fixés ». Marc Friedrich ajoute : « Nous avons mené notre propre enquête et avons constaté que des odeurs fortes viennent du nord de Sarrebruck et du secteur frontalier où sont installées une dizaine d’entreprises. Mais comme on ne voit que nous, nous sommes donc présumés coupables ».

Second élément : les rejets de poussières. « Depuis 2015, nous avons investi plus qu’un million d’euros en faveur de la réduction des rejets avec une nouvelle cheminée et un nouveau système de filtrage des particules. Sur les machines d’usinage, l’évaporation des deshuileurs est contrôlée tout comme nos grenailleuses ».

Dernier point : le bruit. « Nous avons identifié les refroidisseurs d’air qui peuvent être source de nuisances. Nous avons installé un silencieux neuf dans la cheminée, nous avons cartérisé les moteurs et compresseurs et avons gagné 6 DBA avec une nouvelle chaufferie. Là encore, les mesures effectuées en matière d’émissions de bruit montrent que nous sommes en-dessous des seuils ». Du côté du collectif de Kleinblittersdorf, on reste néanmoins très sceptique alors que les chiffres présentés semblent favorables à Fonderie Lorraine.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet