Une grève de 24 heures est annoncée à Saint-Jean-Industries (fonderie alu) ce vendredi, ce qui ne sera pas le cas de sa voisine, la Fonderie du Poitou Fonte, qui est en activité partielle.

L'alu en grève vendredi

Le site de Saint-Jean-Industries alu est « menacé et, par conséquent, les 400 emplois directs du site », déplore la CGT. La crainte? « Renault, qui prend pour prétexte la baisse des ventes des véhicules diesel, annonce des baisses de volumes importantes. »

La Fonderie du Poitou Fonte (FPF) se trouve également dans une mauvaise posture, selon le syndicat. « L'entreprise fait face aussi à une situation très critique depuis le début de l'année avec en moyenne 5 jours d'activité partielle par mois depuis le mois d'avril, les constructeurs Renault et Fiat ont brusquement pris la décision de modifier leur organisation concernant les productions de moteurs. Sur ce site, 450 emplois directs sont concernés. »

Les élus CGT FPF ont adressé un courrier au ministre de l'Économie et de l'Industrie, ainsi qu'aux députés et sénateurs de la Vienne, le 12 mars dernier, pour les alerter « sur nos inquiétudes suite à une chute brutale de la production de l'entreprise Fonderie du Poitou Fonte concernant le moteur diesel qui représente toujours à ce jour 70% de la production ». Pour les deux fonderies, fonte (FPF) et alu (Saint-Jean-Industries Poitou), « cela remet en cause la pérennité des deux sites et le maintien des emplois qui en découle ».

Conférence de presse annoncée

Les syndicats CGT FPF, CGT Saint-Jean-Industries Poitou et la coordination CGT Renault annoncent la tenue d'une conférence de presse, ce vendredi, devant les fonderies, « pour exposer les enjeux des semaines à venir ».