Le Berry Républicain

D’importants travaux de modernisation sont menés cette année au lycée qui a en point de mire l’organisation du concours général de fonderie 2019. Confiance et sérénité, tels sont les maîtres-mots avancés par le proviseur Frédéric Couturier à l’occasion de cette rentrée 2018. À cela, on peut ajouter aussi une pincée d’enthousiasme alors que la première phase de travaux de l’atelier fonderie touche à sa fin. La rénovation complète de ce secteur (incluant les salles de classe) devrait être achevée en fin d’année civile. « On va passer d’un coup de Germinal au 21e siècle, savoure Frédéric Couturier. Avec la dotation en matériel, nous disposerons du plus bel outil de formation, (parmi les huit établissements français qui disposent d'un pôle fonderie, ndlr). »

Notre dossier sur la rentrée Celui-ci devrait être officiellement inauguré par son financeur, la Région, les 22 et 23 mai 2019, à l’occasion de la tenue du Concours général de fonderie 2019. Un domaine dans lequel brillent régulièrement les élèves du lycée. À l’image de William Lefèvre, deuxième en 2018, qui a reçu son prix cet été des mains du ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer. D’autres travaux sont menés pour remettre l’ensemble des bâtiments en conformité avec les normes de sécurité incendie et pour faciliter l’accès aux personnes handicapées.

Une nouvelle adjointe Côté direction, Sabine Legros succède à Denis Gitenait au poste de proviseur adjoint. Cette Tourangelle était en poste auparavant dans l’Indre, à Châteauroux et Issoudun. Quant à son prédécesseur, il poursuit sa carrière à Saint-Étienne, d’où il est originaire. Il y a également 26 nouveaux professeurs sur un total de 92 (150 membres du personnel au total).

Quelque 708 élèves (répartis dans 37 classes) sont inscrits pour cette rentrée. « Cela confirme notre dynamique de croissance, relève le proviseur. Depuis 5 ans, nos effectifs ont progressé de 30 %. » L’internat s’apprête aussi à battre des records avec 230 pensionnaires au total : 180 élèves d’Henri-Brisson et 50 d’Édouard-Vaillant (lire par ailleurs). Des débouchés à la clé La spécificité des formations proposées (4 filières générales et technologiques, 4 bac pro, 5 BTS, un CAP, un brevet des métiers, une troisième préparatoire à la vie professionnelle) et les débouchés promis sur des secteurs professionnels, souvent en tension, renforcent l’attractivité de l’établissement. Lycée Henri Brisson.

Frédéric Couturier souligne également les « nombreuses mentions individuelles » obtenues lors des examens. Tout comme l’accompagnement individuel « ancré dans notre ADN pédagogique », mis en place depuis plusieurs années pour « cibler les besoins des élèves ». Le lycée cherche aussi à promouvoir les métiers d’art, en particulier dans le domaine de la céramique, et la culture Sabine Legros, proviseure adjointe et Frédéric Couturier, proviseur du lycée Henri-Brisson. © Agence Vierzon