la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18 Logo Elkem 1-6-16 Logo Ampere Alloys Logo AMF 1-6-16

Visiteurs : 38688
Aujourd'hui : 783
En ligne : 10

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

L'homme qui chavire

Patrice Moreau - Pour les amoureux de Paris au mois d’Août une belle exposition à voir dans le calme et le frais du vaisseau amiral de la fondation Vuitton. L’homme qui chavire est le titre du premier étage à visiter, Giacometti y est bien sûr à l’honneur; il synthétise le sentiment de la fragilité des êtres vivants.

http://www.fondationlouisvuitton.fr/expositions/la-collection-de-la-fondation-louis-vuitton-nouvelle-selection-artiste-createur-au-diapason-du-monde.html

Au-delà d’un accrochage, « Au diapason du monde » se veut une exposition sur la base d’une thématique précise. Celle-ci renvoie aux questionnements actuels liés à la place de l’Homme dans l’univers et à la nouvelle approche qui le lie à son environnement et au monde du vivant, soulignant les interconnexions entre l’humain, l’animal, le végétal voire le minéral.

J’ai bien aimé cette exposition qui commence par des œuvres de Giacometti en regard de peintures qui traitent de la place de l’homme sur la planète

L’Entrare nell ‘Opera de G Anselmo se marie parfaitement avec L’homme qui chavire (p8160802)

Au dernier étage l’univers très coloré du Japonais T Murakami mélange inspiré de culture traditionnelle et de Mangas présage d’un monde vraiment nouveau……

La Salle dédiée à la fresque qui symbolise la puissance du tsunami de2011 est en soi une aventure

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet