Renault s'en va Dans l'Artois, la « FM » pourra donc prochainement sortir chaque année 400.000 moteurs EB essence trois cylindres turbo, 350.000 blocs EP essence 1,6 litre et 350.000 moteurs diesel Dvr (1,5 litre Blue HDI). Soit un potentiel théorique d'environ 1,1 million de moteurs par an, sans compter l'usinage des carters, vilebrequins, culasses et autres bielles.

PSA à l'heure des choix stratégiques

Sur place, le volume total de production est attendu cette année autour de 800 à 900.000 moteurs, deux fois plus qu'en 2016. A priori, les volumes de production de moteurs diesel sont toutefois amenés à diminuer, comme ceux de moteurs essence trois cylindres - également produits ailleurs en Europe. De son côté, Renault prévoit d'arrêter la production de son dernier moteur à la Française de mécanique d'ici fin 2019.

De fait, les choses vont mieux pour les salariés de la Française de mécanique, qui voient leur avenir s'éclaircir. Le site compte aujourd'hui 1.700 salariés, auxquels s'ajoutent environ 400 intérimaires. En 2013, ils avaient signé un accord de compétitivité spécifique. L'usine employait alors 3.500 personnes.