la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo JML oct 2018 Logo BMF 5-10-18

Visiteurs : 1195483
Aujourd'hui : 61
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bosch promet de redonner vie au diesel grâce à cette technologie révolutionnaire

Capital - info de JW

Les ventes de diesel pourraient bien reprendre du poil de la bête si les constructeurs adoptent cette nouvelle technologie de l'équipementier automobile Bosch. Le système présenté pourrait rendre n’importe quel véhicule diesel moins polluant qu’une voiture essence. Le diesel a peut-être été enterré bien vite !

Bosch, premier équipementier automobile au monde, vient de dévoiler une technologie qui serait capable de réduire les émissions d’oxydes d’azote (NOx) à un niveau jusqu’à dix fois inférieur aux normes qui entreront en vigueur en 2020. Et il ne s’agit pas là de tests en laboratoire mais bien de résultats obtenus en situation de conduite réelle ! Concrètement, ce système permettrait d’abaisser le niveau de rejet de NOx à 40 mg par kilomètre. Les nouvelles normes prévoient une limite à 168 mg par kilomètre. Autant dire que ce système, s’il entre dans la conception des nouvelles automobiles diesel, va révolutionner le marché automobile. Et le fameux CO2 dans tout ça ? Les ingénieurs de Bosch l’assurent, grâce à cette technologie, il n’y a pas que les oxydes d’azote qui vont baisser. Le niveau d’émission du dioxyde de carbone devrait aussi drastiquement chuter. Une motorisation diesel équipée de ce système émetterait en effet 15% de CO2 en moins par rapport à un moteur équivalent essence. Cerise sur le gâteau, le coût de cette technologie serait minimal selon l’équipementier allemand. Le système repose en fait sur “une meilleure organisation du moteur et sur l’intégration plus intelligente de pièces mécaniques déjà disponibles en série”, explique-t-on de l’autre côté du Rhin.

On attend de voir, mais si Bosh réussit la commercialisation de ce système, la balance va clairement pencher de nouveau pour les motorisations diesel, et il y a fort à parier que la courbe des ventes des véhicules au gazole va se redresser ! D’autant que question bilan carbone, les voitures électriques ne sont pas nécessairement plus vertueuses que les véhicules dotés d’un moteur thermique, quand on considère l’intégralité du cycle de vie d’une auto, de sa fabrication à sa destruction.

Le patron de Bosch pense que "le diesel a de l'avenir" https://www.capital.fr/entreprises-marches/cette-technologie-revolutionnaire-de-bosch-pourrait-redonner-vie-au-diesel-1285041

Commentaires

1. Le jeudi, 26 avril 2018, 17:24 par Les Echos

Bosch affirme avoir trouvé une solution miracle pour sauver le gazole.
Tout faire, quitte à jouer les camelots, pour sauver le soldat Diesel. Bosch affirme avoir trouvé une solution miracle pour diminuer drastiquement les émissions d'oxyde d'azote des moteurs alimentés au gazole - un carburant qui émet théoriquement de 15 à 20 % de moins de CO2 que l'essence.

Les ingénieurs de l'équipementier allemand, un acteur majeur du diesel, auraient trouvé un nouveau système basé sur l'optimisation d'équipements existants, capable d'émettre en moyenne 40 mg/km de Nox. Soit trois fois moins que la norme qui s'appliquera en Europe à partir de 2020. Même en ville, lorsque le moteur est froid, et même lors des démarrages, soit les faiblesses actuelles de la dépollution automobile.

Avec ce dispositif qui n'augmenterait pas non plus la consommation, « le diesel affiche de faibles émissions et demeure abordable », a expliqué Volkmar Denner, le président du directoire de Bosch et premier avocat du gazole. Celui qui s'était insurgé quand Volkswagen avait émis l'idée de supprimer les subventions à la pompe pour ce carburant en Allemagne espère ainsi « clore le vif débat sur le diesel » alors que les ventes chutent en Europe (38,5 % des immatriculations au premier trimestre). « Avec ça, les interdictions de circulation dans les centres-villes n'auront plus lieu d'être », a affirmé le patron de Bosch, un groupe qui a été pris, comme son grand client Volkswagen, dans le scandale du Dieselgate.

Charte éthique
L'équipementier a d'ailleurs augmenté sa provision liée au risque légal sur ce dossier à 1,5 milliard d'euros, tout en édictant un nouveau code de conduite : désormais, les salariés de Bosch ne pourront plus développer des logiciels destinés à tromper les tests des autorités ou concevoir des produits « optimisés en vue des situations de test », même si le client le demande.

Ces déboires n'ont pas empêché le géant de Stuttgart d'afficher un solide résultat en 2017 , avec une hausse de chiffre d'affaires de 6,8 % à 78 milliards d'euros, et un résultat opérationnel de 5,3 milliards, en progression de 17 %.

Julien Dupont-Calbo

2. Le mardi, 15 mai 2018, 12:01 par claude renault

Lisez ceci avant de changer de voiture pour la prochaine fois

 

Ne vous séparez pas trop rapidement de votre véhicule diésel pour prendre une éssence. Il est possible que d'ici quelques proches années l'état et les médias vous demande de vous séparez de votre essence pour un diesel hybride. Ce que prépare Mercedes.

 

 

Bosch avance……………

 

Les chiffres semblent trop beaux pour être vrais.

 

En effet, mercredi 25 avril, Bosch, premier sous-traitant automobile du monde, a annoncé une avancée technologique majeure sur le moteur diesel : le système mis au point par ses ingénieurs permet de réduire les émissions d’oxydes d’azote (NOx) à un niveau jusqu’à dix fois inférieur aux normes qui entreront en vigueur en 2020 et ce, en situation de conduite réelle.

 

Pour convaincre les observateurs méfiants, après des mois de polémiques et de scandales sur le diesel, Bosch les a invités à conduire un véhicule équipé du nouveau système à travers un parcours dans Stuttgart et ses collines à une heure de pointe. Les résultats sont impressionnants : quels que soient l’heure et le type de conduite, les valeurs enregistrées par le dispositif de contrôle des gaz d’échappement tiré par la voiture se situent sous les 40 mg de NOx par kilomètre, soit bien en deçà des 168 mg actuellement exigés par la législation.

 

Coût minimal

Selon les ingénieurs qui ont participé au développement, le nouveau système n’implique pas de nouvelle pièce coûteuse, il repose essentiellement sur une meilleure organisation du moteur et sur l’intégration plus intelligente de pièces déjà disponibles en série. Le coût supplémentaire de ce système est minimal, assure le groupe, il peut être immédiatement intégré aux véhicules de norme Euro 6. « Nous voulons mettre un terme, une fois pour toutes, au débat sur le diesel », affirme Volkmar Denner, président du directoire du groupe, qui insiste sur l’avantage de cette motorisation en matière d’émissions de CO2, qui seraient inférieures de 15 % à celles d’un véhicule essence.

 

Selon le groupe, une centaine d’ingénieurs travaillent depuis cinq ans à l’élaboration de cette solution. Et le groupe veut aller encore plus loin : grâce à l’intervention de l’intelligence artificielle, le moteur à explosion pourrait, à terme, n’avoir plus aucune incidence sur la qualité de l’air.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet