la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A propos des anciens métros

Fabrice Morassi (LT Creil & ESFF 76) nous précise : En 1908 sont apparues les premières rames de métro Sprague entièrement métalliques, qui étaient encore utilisées sur certaines ligne en 1975 -76 durant mon passage à l'ESF. Pas d'électronique dans le poste de conduite, mais quelques pièces de fonderie, photo ci-dessus .

A noter qu'à Charleville, un restaurant, Le Balard, était meublé et décoré avec des bancs en bois de Spragues et autres anciens équipements de stations récupérés auyprès de la RATP.

Pour ceux qui sont passés par Creil, l'Usine Brissonneau et Lotz de Montataire qui était en face le lycée, a créé les premières rames de métro sur pneus au début des années 50 :

BRISSONNEAU En 1903, Fondu et Laverne créent une fonderie de cuivre et un atelier de construction rue Louis-Blanc. Le site de production est repris par la Société Anonyme parisienne des Ateliers Thomé et Génot puis en 1919 par les établissements Brissonneau et Lotz.

Marcel Brissonneau y fonde une usine de construction mécanique spécialisée dans la réparation du parc ferroviaire de la Compagnie du Nord endommagé pendant la Première Guerre mondiale. A partir du début des années 1930, l'usine se spécialise dans la fabrication du matériel ferroviaire : wagons, voitures grandes lignes et autorails diesel-électrique.

En 1939, la production s'oriente vers la construction de bombardiers légers appelés "Léo 45". En 1952, l'usine Brissonneau, avec l'aide de la société Chausson, crée la première rame de métro sur pneus.

A partir de 1956 est construit le "Boisavia", un petit avion de quatre places d'une puissance de 180 CV. Pendant la même période, l'usine fabrique 235 voitures "Louis Rosier" équipées d'un moteur de 4 CV ainsi que "la Floride", une voiture sportive. Depuis le début des années 60, la société Brissonneau se spécialise dans la fabrication d'automobiles.

En 1963, ce sont les fourgonnettes Renault 4L; en 1964, Matra confie la peinture et le montage du modèle 530, Renault, la fabrication de son Estafette et Opel la fabrication du modèle GT en 1967.

165 000 véhicules sont produits en 1969.

En 1972, les Etablissements Brissonneau et Lotz sont rattachés à la Société Chausson. Peugeot fait fabriquer les modèles Coupés et Cabriolets de la 304. Des véhicules utilitaires sont également produits entre 1974 et 1980. Au milieu des années 1970, la capacité de production est de 650 véhicules jour pour 3600 personnes.

En juillet 1980 Renault lance la fabrication du Trafic destiné à remplacer l'Estafette. La période 1985-1996 est marquée par une crise qui conduit à la fermeture de l'usine en 1996.

Commentaires

1. Le lundi, 23 avril 2018, 12:44 par michel CHAPUT

Lorsque j'ai commencé chez Renault à Billancourt en 1980 je prenais la ligne 9 Montreuil - Pont de Sêvres qui avaient des wagons rouge (1ère) ou vert (2ème) siéges en bois !
Ces wagons étaient d'authentiques vestiges du passé ! rame Sprague.
Ils ont été ensuite remplacés vers 1985.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet