la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les Etats-Unis vont ordonner l'inspection de moteurs GE-Safran

Les Echos - La FAA va ordonner une inspection par ultrasons des pales de tous les moteurs CFM56-7B ayant effectué un certain nombre de décollages. L'autorité fédérale de l'aviation civile américaine va mener ces examens après l'explosion du moteur d'un Boeing 737, qui a fait une victime.

Les autorités américaines veulent éviter un autre drame. Après l'accident du vol New York-Dallas de Southwest Airlines qui a coûté la vie à une passagère, la Federal Aviation Administration (FAA) va publier sous deux semaines une directive pour accélérer les inspections de moteurs de type CFM 56-7B.

C'est ce type de moteur, construit par CFM International, la coentreprise de General Electric et Safran, qui a explosé en vol, mardi. Si la pilote a réussi à faire atterrir d'urgence l'appareil, une victime est décédée après avoir manqué de passer par un hublot à la suite de la dépressurisation de la cabine.

Inspection par ultrasons La directive de la FAA, initialement proposée en août à la suite d'un incident survenu en 2016, rendra obligatoire dans les six mois une inspection par ultrasons des pales de tous les moteurs CFM 56-7B ayant effectué un certain nombre de décollages.

Selon certaines compagnies aériennes, cette inspection concernerait bien plus de 220 moteurs, des pales ayant pu être réparées et installées sur d'autres moteurs. Southwest Airlines entend boucler sa propre inspection dans un délai d'un mois.

Le BEA sur le pont Le président du Conseil national de la sécurité des transports américain (NTSB) a expliqué qu'une des 24 pales du moteur incriminé s'était rompue, conséquence d'une longue fatigue métallique. Mais il ne peut, à ce stade, dire si cet incident est révélateur d'un problème à l'échelle de l'ensemble de la flotte des Boeing 737-700.

Nouvelle année record pour les moteurs CFM de Safran et GE De son côté, le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) a décidé d'envoyer une équipe d'experts pour participer à l'enquête, selon un porte-parole de l'organisme français.

Safran a aussi dépêché ses propres conseillers techniques. L'enjeu est important pour le motoriste français et son partenaire américain GE, qui espèrent augmenter le rythme de production du successeur du CFM 56, le LEAP, à plus de 2.000 unités par an d'ici à 2020. La coentreprise a un carnet de commandes de 14.000 moteurs LEAP à honorer. C'est d'ailleurs sur l'aéronautique que mise General Electric pour redorer son blason après ses pertes records .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet