la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo AMF 1-6-16 logo cavenaghi Logo BMF 5-10-18 Logo JML oct 2018 Logo Elkem 1-6-16

Logo Ampere Alloys



Visiteurs : 29273
Aujourd'hui : 511
En ligne : 6

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Une fonderie sous pression aux Arts & Métiers de Chalons en Champagne (51)

L'Union - Giovanni Radilla, directeur du campus : «Un investissement stratégique pour l’école» Pourquoi le campus de Châlons se spécialise-t-il en fonderie sous pression d’alliages d’aluminium ?

Dans les écoles d’ingénieurs, rares sont celles à être équipées d’ateliers. Le laboratoire MSMP (mécanique, surfaces, matériaux et procédés) est implanté sur Lille, Châlons et Aix. Il a été décidé que la fonderie au niveau de la recherche et de l’enseignement supérieur se ferait à Aix, qui a déjà une fonderie sur des alliages de magnésium pour l’aéronautique, et à Châlons pour l’injection d’aluminium sous pression pour l’automobile.

Cette plate-forme est un investissement stratégique pour notre campus et l’Ensam. Pour quels partenaires industriels allez-vous mener ces recherches expérimentales ?

Les deux constructeurs français, PSA et Renault, sont intéressés par cette plate-forme, ainsi sur deux gros fondeurs : les groupes AMD (Bourgogne) et Punch Power Glyde (Alsace). Quel rôle est dévolu aux Arts et Métiers ?

Maîtriser l’injection pour que la pièce soit sans défaut avant de lancer la production en série. Cela permettra de rester compétitifs dans ce domaine.

Une cité dans la ville

Le Centre d’enseignement et de recherche de Châlons-en-Champagne (CER) occupe une parcelle de 32 000 m2 et ses bâtiments offrent 27 000 m2. C’est le site historique des Arts et Métiers (1806). Autour de la cour d’honneur, l’ancien séminaire de Mgr de Juigné est la résidence des Gadz’arts : 250 places pour les 359 élèves ingénieurs généralistes, dont une centaine en double diplôme au Canada.

« C’est le mieux placé pour utiliser le vocable campus, à deux pas du centre-ville », met en exergue son directeur. Un restaurant universitaire, une médiathèque, un gymnase, des locaux associatifs et vaste bâtiment pédagogique livré en 1998, dont bénéficient aussi les 104 étudiants de la formation d’ingénieur en partenariat (FIP) et les 69 Bachelor de technologie.

Sans oublier l’administration installée dans l’ancien couvent des Dames Régentes, un édifice du XVIIe siècle inscrit aux Monuments historiques, avec sa chapelle. Le CER châlonnais emploie 61 personnels administratifs et techniques, 31 enseignants et enseignants chercheurs.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet