la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1031924
Aujourd'hui : 539
En ligne : 5

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ex Pechiney Dunkerque . Qui est Sanjeev Gupta, le nouveau propriétaire de la fonderie ?

Un indien au chevet de la sidérurgie française !!!

Ouest France -

L’industriel indo-britannique Sanjeev Gupta, PDG du groupe GFG Alliance, a racheté la fonderie d’aluminium de Rio Tinto à Dunkerque, construite en 1991 par Pechiney. Il investira deux milliards d’euros dans les Hauts-de-France.

D’un Britannique à un autre, une page se tourne dans l’histoire de la plus grande fonderie d’aluminium d’Europe. Le groupe anglo-australien Rio Tinto a annoncé hier la vente d’Aluminium Dunkerque à Liberty House pour plus de 400 millions d’euros. L’usine, construite en 1991 par Pechiney, tombera ainsi dans les mains du milliardaire anglo-indien Sanjeev Gupta, PDG de GFG Alliance, la maison mère de Liberty House.

Le magnat n’en est pas à son premier essai. À la tête d’un groupe spécialisé dans la sidérurgie et l’extraction minière, Sanjeev Gupta a déjà racheté plus d’une trentaine de sites industriels, délaissés, à travers le monde. GFG Alliance est présent aux États-Unis, en Australie, en Grande-Bretagne, etc.

Objectif : remoderniser les usines en vue d’assurer l’avenir de l’acier dans les pays industrialisés. Le conglomérat britannique a ainsi déjà repris à Rio Tinto une fonderie d’aluminium en Écosse en 2016.

Bourreau de travail Sanjeev Gupta a précisé que la politique « pro-entreprise » du président Emmanuel Macron avait pesé dans son choix. Rien d’étonnant au regard du parcours du manager anglo-indien. Sanjeev Gupta est né dans le Penjab, en Inde, dans la famille du grand industriel indien, Parduman Gupta.

Il réalise ses études à l’université de Cambridge où il crée Liberty House, en 1992, avant même d’avoir fini ses études. L’entreprise est alors tournée vers le négoce de marchandises avec l’Afrique. Elle deviendra dans les années suivantes un spécialiste mondial de l’acier.Bourreau de travail

Les médias britanniques décrivent l’homme comme un bourreau de travail. Le magnat n’aurait pris des vacances que deux fois dans sa vie, dont une pour sa lune de miel. Aujourd’hui, le groupe GFG Alliance pèse plus de huit milliards d’euros.

Il détient tant des aciéries et des fonderies d’aluminium que des centrales hydroélectriques ou encore une banque privée. Et se targue d’avoir sauvé plus de 11 000 emplois à travers ses rachats d’usine. Un « pôle mondial » en France

 Sanjeev Gupta ambitionne désormais de mettre sur pied un « pôle mondial » en France. « Il s’agit du premier pas significatif de GFG en Europe continentale, a-t-il précisé. Nous espérons poursuivre non seulement dans l’aluminium, l’acier et l’automobile, mais également en amenant nos autres branches dans l’énergie, les services bancaires et la promotion immobilière. »

À Dunkerque, ce projet se concrétisera avec un investissement de près de deux milliards d’euros. Outre le rachat et la modernisation de la fonderie Aluminium Dunkerque, Sanjeev Gupta prévoit la construction d’une « usine dédiée à l’automobile ». L’industriel promet la création de milliers d’emplois dans la région. Le site compte actuellement près de 570 salariés. Candidat à la reprise d’Ascométal L’ambition française de GFG Alliance ne s’arrête pas là. Le groupe est aussi l’un des quatre candidats à la reprise du sidérurgiste Ascométal. L’entreprise française est en redressement judiciaire et Sanjeev Gupta propose d’en reprendre tous les sites industriels, qui emploient 1 400 salariés.

La validation du rachat inscrirait définitivement les ambitions du milliardaire britannique dans le paysage français. Réponse du tribunal de grande instance de Strasbourg le 24 janvier.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet