la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement



Visiteurs : 1181305
Aujourd'hui : 433
En ligne : 2

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ces fleurons industriels français qui plaisent tant aux investisseurs étrangers

RTL -

Les industriels étrangers trouvent de plus en plus d'attraits dans les grandes usines françaises. Preuve en est, les deux grosses opérations donnent en ce moment le tempo, à Dunkerque et à Fos-sur-Mer.

Ce sont deux opérations bien synchronisées. La première est au nord : l'arrivée d'un gros bras indien au chevet d'un de nos fleurons industriels dans cette région, Aluminium de Dunkerque. Il s'agit de l'ex-Péchiney, la plus importante fonderie d'aluminium d'Europe, dont le sort était en pointillés depuis deux ans.

La seconde opération se passe au sud, à Fos-sur-Mer. Là c'est un champion chinois qui va créer de toutes pièces la plus importante unité de production chimique chinoise en France.

Ces deux opérations sont très instructives. D'abord elles donnent un signe de la confiance dans l'espace économique français qui semble revenue par rapport à ces investisseurs des pays émergents.

Les étrangers font le jeu Mais elles signifient surtout, comme on dit au football, que sur le banc des remplaçants il n'y a pas beaucoup d'investisseurs français : ce sont des étrangers qui font le jeu. Il faut aussi souligner un retournement plus général d'analyse : on peut encore produire dans l'Hexagone de l'acier, de l'aluminium ou de la chimie.

Quels sont les projets précis de ces investisseurs ? Pour l'Indien Gupta c'est un investissement de 2 milliards d'euros, à la fois en production mais aussi en développement de futurs produits finis pour l'industrie automobile.

Pour le Chinois Quechen, ce sera un investissement autour de 130 millions d'euros pour la création d'une usine de production toute neuve de silice destinée à la fabrication de pneumatiques haut de gamme plus écologiques (les fameux "pneus verts").

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet