la fonderie et piwi

Le blog de l'amicale AAESFF

Pour ne rien dire, ou presque, Pour ne pas s’envoler dans le commentaire, Pour rester à la confluence du savoir et de l’ignorance : au pied du mur. Montrer : comment c’est , comment ça se passe, comment ça marche. Diviser les discours par des faits, Les idées par des gestes, par des photos Juste les commenter quotidiennement

Logo Elkem 1-6-16 Logo AMF 1-6-16 Logo EuropIron 12-7-16 Logo Brefond 19-7-16 Logo sogemi 24-10-16 Logo FirstAlloys 23-12-16



Visiteurs : 1131042
Aujourd'hui : 392
En ligne : 1

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Être cadre ne fait plus rêver les employés

Selon une étude BVA pour Audencia Business School, près de 80% des salariés français ne souhaitent pas devenir cadre. Année après année, la tendance se confirme : les postes à responsabilités attirent de moins en moins. En 2009, selon l’Apec, un salarié sur deux n’avait aucune envie de devenir cadre.

Huit ans plus tard, la tendance se confirme avec un rejet des postes à responsabilités par 79% des employés.

D’après l’étude réalisée par BVA , les fonctions d’encadrement sont loin de faire rêver : le statut n’est plus perçu comme réellement enrichissant. Pas assez de pratique, trop chronophage,… Les employés ont peur de s’éloigner de leur métier initial, ils ne souhaitent pas : « faire que du management, l’aspect technique manquerait. »

Autre facteur important, les collaborateurs préfèrent privilégier la qualité de vie à des salaires plus élevés, qui s’accompagnent souvent d’emplois surtout plus contraignants.

Un investissement pas ou peu rentable Par ailleurs, aujourd’hui, passer cadre ne s’accompagne pas nécessairement d’une grosse revalorisation salariale. Pour les salariés, cette promotion est avant tout synonyme d’horaires plus décousus : « J’ai l’impression qu’ils travaillent plus, beaucoup, qu’ils font des heures à rallonge. » avouait l’une des personnes interrogées en 2012 par le Céreq.

De plus, les employés cherchent à maintenir une frontière entre travail et vie personnelle : « Je veux profiter de mes congés et fermer la porte. »

Cette rupture est d’autant plus complexe sur des postes à fortes responsabilités, a fortiori à l’heure du numérique. Et pourtant, d’après une étude Indeed menée en 2017, 51% des salariés considèrent l’équilibre vie privée / vie professionnelle comme crucial.

- Notre organisation du travail est-elle ringarde ? Enfin, devenir cadre n’entrainerait pas systématiquement un changement de poste dans l’organigramme de l’entreprise. Du fait de la réduction générale des strates hiérarchiques, la fonction de “chef” perd de l’ampleur et les opportunités de promotions sont donc moindres.

Commentaires

1. Le jeudi, 11 janvier 2018, 19:23 par piwi

Entre les râleurs professionnels, ceux qui ont peur du changement, ceux qui trouvent que tout allait bien avant, ceux qui n’ont pas le temps, et tous ceux qui, malgré leur bonne volonté, n’y arrivent pas… les raisons qui font qu’un projet n’avance pas sont nombreuses, et cela peut transformer la vie des cadres en véritable enfer !

Pourtant, la majorité des collaborateurs sont de bonne volonté et veulent que les choses avancent.

Le PFH est à la manoeuvre : le Putain de Facteur Humain !!! respnsable de bcp de nos désordres.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet