L'argument ne convainc pas tous les acteurs du marché. «Un mouvement à la hausse à cause des véhicules électriques est prématuré», a jugé Liz Grant, qui estime que ce secteur ne peut qu'affecter les prix de métaux aux marchés plus restreints, comme le lithium et le cobalt. Les analystes de Natixis prévoient pour leur part qu'en 2030, la demande de cuivre liée aux véhicules électriques représentera entre 745.000 tonnes et 2,47 millions de tonnes, à comparer à une production annuelle de 23,5 millions de tonnes en 2016. (ats)

Les autorités chinoises tentent d'enrayer la pollution, qui grimpe dans les villes durant l'hiver en raison du chauffage des foyers, en réduisant l'activité industrielle. Les fonderies d'aluminium avaient déjà été mises à contribution, ce qui avait fait grimper le cours de ce métal. «Les efforts anti-pollution de la Chine ont profité à tous les métaux cette année, avec la fermeture de plusieurs fonderies et raffineries», a confirmé à l'AFP Liz Grant, du bureau de vente du courtier Sucden. Résultat, la Chine a dû importer plus de métaux, surtout que la croissance nationale s'est poursuivie. «La croissance mondiale a profité aux prix des métaux sur l'année, et les données chinoises ont surpris par leur robustesse», ont noté les analystes de Commerzbank.